Au cœur du quartier historique The Rocks de Sydney, le boutique-hôtel 4-5 étoiles Harbour Rocks Hotel est idéalement situé face au port et au majestueux Opéra de Sydney. La bâtisse, qui se situe à l’emplacement du premier hôpital de la ville, a été tour à tour un magasin et une galerie d’art, renferme des siècles de secrets, d’histoires… et un mystérieux fantôme romantique. Visite de cet hôtel phare de la collection MGallery avec David Lowe, directeur des ventes et du marketing.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values
« Reconnaissable entre mille, la façade de l’hôtel est typique de l’époque coloniale. Elle date du temps où l’hôtel était un entrepôt », explique David Lowe. Le bâtiment de pierre et de fer en impose. Construit sur le site du premier hôpital de fortune de la ville, dans le quartier historique où sont arrivés les premiers colons anglais, Harbour Rocks Hotel invite à un voyage dans le passé. Dans le lobby, de vastes étagères accueillent des ouvrages liés à l’histoire de la cité. « Les clients peuvent emporter dans leur chambre un exemplaire de la Biographie non autorisée de Sydney et remonter le temps ». Ou alors, s’allonger dans une chaise longue pour se reposer quelques instants.
Un ancien grand magasin
En 1887, le Harbour Rocks Hotel est encore un magasin de laine : le Evan’s Store. Les pierres utilisées proviennent des mines de quartz situées aux alentours de Sydney. Le travail manuel des ouvriers est encore visible de nos jours : on peut ainsi apercevoir sur la façade des arcs fleuris, des doubles fenêtres et quatre frontons avec chacun un motif de soleil.
Entièrement rénové en 2012
Établissement hôtelier depuis 1989, l’édifice a été totalement réaménagé en 2012 lorsqu’il est entré dans la collection MGallery. « Nous avons voulu retrouver son aspect original en rendant visible sa structure, la maçonnerie, les poutres, les murs de grès ». Les 59 chambres et suites possèdent chacune un style et une décoration propre. « C’est une fusion entre le design contemporain et l’héritage australien avec des murs de briques, des tableaux anciens, des pierres apparentes, des salles de bain modernes et un éclairage minimaliste ». Dans le lobby, un immense chandelier ne laisse aucun visiteur indifférent. Entre sculpture et luminaire, ce lustre de dix mètres de haut, qui comporte des dizaines de bougies, a été spécialement fabriqué par un artisan israélien.

Un fantôme erre dans l’hôtel
Situé au rez-de-chaussée, le Eric’s Bar doit son nom à un marin de la fin du XIXe siècle. Selon la légende, épris de Scarlett, tenancière d’une maison close voisine, l’homme n’eut de cesse de la demander en mariage… Et elle finit par accepter. Malheureusement, la jeune femme mourut de la tuberculose peu après le départ du marin pour l’Amérique du Sud. « Le pauvre homme ne s’en remit jamais… Et depuis, un fantôme, dont la description correspond à celle de Eric, aurait été aperçu à plusieurs reprises entre nos murs », raconte mi sérieux, mi amusé David Lowe. Ce bar intime à la décoration épurée peut accueillir une vingtaine de personnes, dont déjà une majorité d’habitués qui apprécient sa tranquillité. Très lumineux, avec de larges ouvertures dans le sol et au plafond, ce bar est une pièce agréable pour boire une boisson chaude, un verre de vin ou encore le fameux cocktail « Scarlett Fever » qui mêle liqueur de lychee, jus d’ananas, crème de cassis et Bacardi*.
À la découverte du passé
Accrochée au-dessus du Eric’s Bar, une grande carte ancienne attire tout de suite le regard. De 2 mètres de haut sur 2,5 mètres de large, elle dépeint l’organisation du quartier au temps des Anglais, dans les années 1880. « On y voit les premières constructions, certaines rues qui n’ont pas bougé. Les clients apprécient beaucoup de la contempler en buvant un verre. Ils découvrent un autre visage de Sydney. » Le propriétaire, passionné d’Histoire, a couru les ventes aux enchères pour la trouver. Le restaurant, baptisé « Scarlett », propose des plats réalisés à partir de produits locaux et de saison, souvent du poisson. « Sa terrasse privée et couverte est un lieu privilégié pour être au calme ».

La plus belle suite de Sydney
L’atout majeur de l’hôtel ? La Harbour View Suite, située sur un étage entier, offre une vue spectaculaire sur la baie de Sydney. D’une surface de 120 m², elle dispose d’une entrée privée ainsi que d’une terrasse sur le toit. « Des stars du cinéma et de la musique la choisissent régulièrement, car elle donne l’impression d’être seul au monde. Et le panorama sur le célèbre Opéra et sur le pont Harbour Bridge est magnifique. Unique ! Il n’y a pas d’endroit plus tranquille à Sydney ! »
Comme à la maison
Au Harbour Rocks Hotel, les clients sont bien plus que des clients. « Ils sont accueillis comme des amis, explique David Lowe. Nous prenons soin d’eux comme s’ils étaient chez nous, dans notre maison. Nous en appelons certains par leurs noms (avec leur permission), car nous les connaissons depuis longtemps ! Ils font partie de la famille Harbour Rocks Hôtel ! » L’équipe de 32 collaborateurs et collaboratrices se considère aussi comme une famille à part entière. « Nous avons plaisir à travailler les uns avec les autres. Respect, entraide et partage font partie de nos valeurs. Chacun agit et est traité comme un membre de la famille. Résultat : l’ambiance de travail est aussi agréable qu’enthousiaste. C’est un plus évident ! »

Moment inoubliable
Enfin, dans la tradition des Memorable Moments de MGallery, le Harbour Rocks Hotel propose un moment épicurien atypique : la Symphonie sous les étoiles. Depuis la suite Harbour View, six convives dînent au son du Sydney Symphony String Quartet qui joue exclusivement pour eux. À faire une fois dans une vie !

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest