Mike Lazaridis et Doug Fregin, fondateurs de BlackBerry, viennent d’annoncer la création de Quantum Valley Investments, un fonds d'investissement privé de près de 76 millions d’euros qui fournira le capital financier et intellectuel nécessaire au développement et à la commercialisation des avancées scientifiques en matière d’information quantique. Quantum Valley Investments est basé à Waterloo, dans la province de l’Ontario, au Canada.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Lors du lancement du Quantum-Nano Centre en 2012, Mike Lazaridis avait qualifié les capacités de recherches quantiques développées dans ce centre aux « Laboratoires Bell du 21ème siècle » qui ont été à l’origine de la création de la Silicon Valley. Selon les deux fondateurs, les avancées réalisées par l'Institut pour le calcul quantique, par l’Institut Perimeter pour la physique théorique ainsi que par l'Institut de nanotechnologie de Waterloo, vont engendrer des opportunités commerciales dans la région.

Mike Lazaridis et Doug Fregin partent du principe que leurs investissements et efforts commerciaux vont permettre la création de nouvelles industries, de nouveaux emplois et de la valeur ajoutée et ainsi transformer la région de Waterloo en la « Quantum Valley » du Canada.

Quelques laboratoires de recherche disséminés dans le monde se sont lancés dans la course aux avancées de la science de l'information quantique. Grâce aux capacités de recherche qui ont été développées dans la province de l’Ontario pendant ces douze dernières années, la région de Waterloo a maintenant une opportunité unique de jouer un rôle de leader dans ce défi international.

Mike Lazaridis explique qu’ils ont pris cette initiative en raison de leur foi en la technologie quantique : « rien de ce que vous voyez dans le monde de la technologie classique ne vous prépare à ce que vous allez voir dans la révolution de la technologie quantique. Doug et moi avons presque trente ans d'expérience conjuguée en tant qu'inventeurs du BlackBerry, créateurs dans le secteur des smartphones, et fondateurs de la plus grande entreprise technologique d’envergure internationale du Canada. Nous disposons également de ressources conséquentes provenant de notre succès dans ces entreprises. Notre foi dans le pouvoir de la physique quantique à transformer la société nous a inspiré le développement, il y a environ douze ans, d'une stratégie qui a conduit aux capacités de recherche quantique existantes aujourd'hui à Waterloo. La combinaison de nos expériences technologique et commerciale nous offre des moyens uniques de compréhension et une implication qui, nous le croyons, sera l’une des clés du succès, à la fois de ce fonds d'investissement et de la "Quantum Valley". »

« La physique quantique ne va pas seulement nous permettre de poursuivre le développement des idées existantes, elle va également conduire à de nouvelles idées qui sont pour l’instant inimaginables », a ajouté Doug Fregin.

Abordant l'impact potentiel de ce nouveau fonds d'investissement en matière d'emploi, et pour l'économie, Gord Nixon, Président-directeur général de la Banque royale du Canada et Président du Conseil de l'Ontario pour l'emploi et la prospérité a déclaré : « au moment où la concurrence internationale à laquelle les entreprises canadiennes doivent faire face s'est considérablement durcie et où les besoins de ce pays en matière d'innovation sont cruciaux, cette initiative est à la fois bienvenue et opportune. Elle est essentielle pour notre future compétitivité ».

Kevin Lynch, Vice-président de BMO Groupe financier, Président du Conseil des gouverneurs de l'Université de Waterloo et Vice-président du Conseil de l'Ontario pour l'emploi et la prospérité, a ajouté : « Mike et Doug ont développé un modèle d'innovation qui est incontestable. Ces visionnaires ont non seulement créé une plateforme qui va favoriser la création de valeur au Canada, mais, ce faisant, ils contribuent à la commercialisation des technologies quantiques dans la région de Waterloo, qui participera à la promotion des avancées, des industries et de l'emploi dans cette région, dans les années à venir. C'est excellent pour Waterloo, pour l'Ontario et pour le Canada. »

Mike Lazaridis a conclu : « aujourd'hui, nous faisons un nouveau pas vers la commercialisation des technologies issues de la physique quantique, qui amènera de nouveaux emplois et de nouvelles industries, et qui contribuera à la création de valeur dans ce pays. Comme son nom le suggère, Doug et moi pensons que le fonds d'investissement privé que nous lançons aujourd'hui aidera à créer la "Quantum Valley" ici à Waterloo. »


L’Ontario, Canada
L’Ontario est le moteur économique du Canada; il représente 37 % de son PIB, 39 % de sa population et 38 % de ses exportations de biens.1 Grâce à l’appui financier et aux consultations dont peuvent se prévaloir les entreprises de toutes les tailles, aux programmes de financement visant à stimuler l’innovation et la recherche et développement, et à sa main-d’œuvre qui est la plus scolarisée du G7, l’Ontario a maintenant l’économie la plus importante du Canada et l’une des dix premières en Amérique du Nord.

La province entretient des liens économiques étroits avec la France, qui est son septième partenaire commercial. Dans la province, environ 7 % des investissements étrangers directs et 15 % des dépenses en immobilisations en provenance d’Europe sont français. L’accord économique et commercial global (AECG) qui est proposé stimulera encore d’avantage les échanges commerciaux entre le Canada et l’Union européenne. Visiter les sites www.investinontario.com/fr et www.ontarioexports.com/fr.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest