Des médias ont décidé de diffuser ce jour la vidéo des 2 employés du Sofitel dont le journaliste Edward Jay Epstein avait fait mention dans un article la semaine dernière ainsi que d’autres séquences. L’idée que ces vidéos établissent l’implication de Accor dans un complot est un non sens.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Les deux employés du Sofitel ont été interrogés par notre avocat aux Etats-Unis, Lanny J. Davis, et lui ont déclaré à plusieurs reprises ne pas avoir eu connaissance du statut politique de Dominique Strauss-Kahn avant cette séquence. Ils lui ont également réaffirmé qu'ils ne se souvenaient pas précisément des raisons de cette "congratulation ".

Maître Davis précise qu’ils lui ont par ailleurs indiqué, lors de différents entretiens, avoir été soulagés que la femme de chambre prenne finalement la décision de faire appeler la police.

Accor rappelle que la séquence vidéo dont parle Edward J. Epstein dure bien en réalité une dizaine de secondes et non 3 minutes comme indiqué par le journaliste, rectificatif que la revue Américaine "New York Review of Books" vient d'ailleurs de publier.

Dans cette affaire, et comme il en a l’obligation, Sofitel a toujours coopéré avec la justice américaine et a transmis à celle-ci tous les éléments requis dans le cadre de la procédure dont il disposait.

En dépit d'allégations malveillantes et infondées, il n’appartient pas à Accor de prendre parti et/ou de commenter tel ou tel aspect de ce dossier. Accor entend conserver une position de grande neutralité dans cette affaire.

Le Groupe Accor n'était pas favorable à la diffusion publique de ces extraits qui exposent inutilement les membres de l'équipe du Sofitel New York à la curiosité médiatique.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest