La CSMF, premier syndicat médical français, s’était fortement opposée au principe du CAPI, imposé par le Parlement et l’Assurance Maladie, en dehors du cadre conventionnel. La CSMF a d’ailleurs engagé un recours contre ce dispositif.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Aujourd’hui, les évaluations du CAPI démontrent que la rémunération initialement promise (5 000 €) n’est pas au rendez-vous, et que la prime versée à seulement 2/3 des médecins signataires est d’environ 3 000 €. Pire, quelque 2 000 médecins figurent parmi les recalés des primes et ne toucheront rien.

Ce contrat individuel, dont les objectifs, essentiellement économiques, n’ont pas été négociés avec la profession, isole le médecin face aux caisses, et celui-ci ne dispose d’aucune voie de recours.

Ce qu’avait dénoncé la CSMF est donc arrivé !

Alors qu’une nouvelle vague de démarchage des médecins par les délégués de l’Assurance Maladie est engagée pour « vendre » du CAPI, la CSMF demande, une fois encore, aux médecins de ne pas signer.

La CSMF a demandé la suppression du CAPI, qui met les médecins libéraux en danger face aux Caisses, et proposé l’intégration du principe d’une rémunération à la performance dans le cadre conventionnel. Ainsi les objectifs seraient négociés nationalement et collectivement sur des bases médicales, et non plus individuellement, ce qui permettrait aux syndicats de pouvoir intervenir avec efficacité en cas de litige avec les Caisses.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest