Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie, déplore et condamne avec la plus grande fermeté l’attitude d’une minorité de salariés qui, malgré les négociations en cours, ont fait le choix regrettable de brandir à nouveau les menaces de violence au lieu de privilégier le dialogue.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Le ministre chargé de l’Industrie constate qu’avec ce changement d’attitude d’une minorité dans laquelle ne se reconnaissent pas tous les salariés de Sodimatex, l’Etat n’est plus en mesure de jouer son rôle de médiateur. Le retour de l’ensemble des parties autour de la table des négociations n’a pu être obtenu la semaine dernière par le Préfet de l’Oise et à la demande du ministre, qu’à partir du moment où les salariés ont accepté de renoncer à toute forme de violence. Cet engagement n’étant manifestement pas tenu, le ministre a demandé au Préfet Nicolas Desforges d’en faire le constat et de ne pas prendre part aux échanges programmés ce matin.

Christian Estrosi réaffirme que face à la situation si douloureuse de salariés confrontés à la fermeture de leur usine, seul le dialogue social permet d’obtenir des résultats, là où les menaces et la violence ne conduisent jamais que dans l’impasse. Pour preuve, les avancées très significatives obtenues la semaine dernière sous l’égide du conciliateur désigné par le tribunal de commerce de Senlis avec, notamment, le doublement de la durée du congé de reclassement qui est passée de 4 à 9 mois, et l’attribution d’une prime de près de 50 000€ en moyenne pour chaque salarié en fonction de son ancienneté.

Le ministre chargé de l’Industrie rappelle d’ailleurs que, dans le cadre des échanges avec les salariés reçus à Bercy dès le 23 octobre dernier, la mobilisation de l’Etat a déjà permis d’améliorer très significativement les montants consacrés au plan de sauvegarde de l’emploi. A la demande du ministre, 700 000€ destinés à la formation des salariés ont par ailleurs été dégagés au titre du Fonds national de l’emploi et le Forthac, l’organisme collecteur des crédits de la formation professionnelle dans l’industrie textile, s’est engagé à accompagner les efforts de formation développés par l’Etat et l’entreprise.

Contacts Presse :
Cabinet de Christian ESTROSI :
Gaëlle GICQUEL – 01 53 18 43 79,
Vincent PARRA – 01 53 18 42 80

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest