Vigeo, leader européen de la notation extra-financière, a déclassé Sodexo suite à une action syndicale dénonçant le non-respect du droit syndical au sein du Groupe Sodexo et de ses filiales étrangères.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Paris, le 15 mars 2010. Lors de son assemblée générale à Issy-les-Moulineaux le 25 janvier dernier, une intersyndicale internationale venue des Etats-Unis, du Royaume-Uni et soutenue par leurs collègues français, a alerté les actionnaires du Groupe Sodexo, l’une des plus importantes entreprise de restauration aux Etats-Unis et classée au 22ème rang mondial, des pratiques discriminatoires menées au sein de l’entreprise, notamment aux Etats-Unis, à l’encontre de ses employés syndiqués et d’entrave à la création de syndicat. Suite à cette manifestation, l’agence Vigeo qui fait référence en matière d’évaluation de l’engagement des organisations en matière de développement durable et de responsabilité sociale, a abaissé la note du Groupe Sodexo et a informé les gestionnaires d’actifs.

Sodexo revendique être un Groupe socialement responsable et totalement engagé dans une politique de Développement Durable tant sur les aspects environnementaux, sociaux/sociétaux que de gouvernance. Cependant, l’entreprise fait l’objet d’une enquête pour anti-syndicalisme aux Etats-Unis.

En conséquence, Vigeo, principale agence de notation européenne, qui évalue les entreprises en termes de responsabilité sociale et de traitement équitable des employés, a déclassé Sodexo, qui passe de « moyenne » à « négative » par rapport à d’autres entreprises similaires. Ce déclassement a été motivé par la performance de l’entreprise sur le plan de la prévention des violations des droits humains, et notamment sur la question du respect des droits syndicaux et des droits de négociation collective.

Vigeo compte parmi ses clients certains des investisseurs institutionnels les plus importants d’Europe et Sodexo comptait sur une note positive de leur part pour pouvoir se qualifier d’entreprise progressiste.

Quand bien même, la transgression du droit syndical reste en vigueur aux Etats-Unis. Les syndicats américains, parmi lesquels le syndicat international des employés du service (Service Employees International Union, SEUI), dénoncent toujours Sodexo, qui, au cours des semaines passées a renvoyé, espionné et interrogé de manière illégale des employés souhaitant créer un syndicat, selon les plaintes déposées auprès du National Labor Relations Board (Comité national des relations syndicales, NLRB) :

·         En Louisiane : selon le SEIU, Sodexo aurait licencié Terry Shelly, employée depuis cinq ans comme caissière à la cafétéria étudiante de l’Université de Loyola à la Nouvelle Orléans, en raison de son soutien à la création d'un syndicat.

·         En Pennsylvanie : aux termes des plaintes déposées auprès du NLRB, il est reproché à Sodexo d’avoir espionné et menacé des travailleurs de l'hôpital de Lehigh Valley et d’avoir interrogé les employés du Lafayette college qui cherchaient à former un syndicat avec le SEIU 32BJ, dans la région d'Allentown.

·         Au New Jersey : au West Orange School District, un cadre de Sodexo aurait interrogé des salariés sur leur activité syndicale, et aurait exigé qu’ils signent une pétition anti-syndicale, en alléguant que l'activité syndicale était sous surveillance et en leur promettant des avantages afin de les dissuader de soutenir le syndicat.

·         Dans le Massachusetts : Selon les plaintes déposées auprès du NLRB, un manager de Sodexo au sein de l’Université Clark se voit reprocher d’avoir refusé de quitter une réunion syndicale qui avait lieu hors du campus et d’avoir sanctionné un travailleur pour son soutien syndical.

·         Dans le New Jersey : Sodexo aurait renvoyé Lyonel Dieujuste, cuisinier au sein du Ramapo College, peu de temps après qu'il ait défendu les droits de ses collègues sur leur lieu de travail

Pour en savoir plus sur ces cas : www.cleanupsodexo.org.

A propos de SEUI :

Avec 2,2 millions de membres au Canada, aux Etats-Unis et à Porto-Rico, le syndicat international des employés du service (Service Employees International Union / SEUI), est le syndicat qui connaît la plus forte croissance en Amérique. L’objectif du SEUI est de rassembler les employés de la santé, des services publics ainsi que les employés du service. Ses membres perçoivent de meilleurs salaires, une couverture sociale améliorée et obtiennent des emplois plus sûrs, en unissant leurs forces avec leurs homologues du monde entier pour s’assurer que tous les salariés (et pas uniquement les entreprises et les PDG) profitent également des bénéfices de l'économie mondiale.

Contacts presse :

Déborah Laskart – 01 53 32 56 50 / deborah.laskart@ketchum.fr
Céline Prenez – 01 53 32 55 30 / celine.prenez@ketchum.fr

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest