La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement CE sur les concentrations, le projet de rachat des filiales d'assurance d'Erste Bank (Autriche) par Vienna Insurance Group (VIG), sous réserve de l'engagement de céder Bank Austria Creditanstalt Versicherung AG (BACAV), en Autriche, et Unita, en Roumanie. Ces cessions répondent à certaines préoccupations concernant les produits d'assurance vie à des fins de retraite et d'investissement en Autriche et les assurances non-vie en Roumanie, notamment les assurances automobile (responsabilité civile et dommage-collision). Compte tenu des mesures correctives proposées par les parties, la Commission a conclu que l'opération envisagée n'entraverait pas de manière significative le jeu d'une concurrence effective dans l’Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values
Mme Neelie Kroes, commissaire responsable de la concurrence, s'est exprimée en ces termes: «Les assurances retraite et les assurances automobile sont des produits qui touchent de près le consommateur européen. Les engagements reçus garantissent que les clients autrichiens et roumains continueront à bénéficier d'un marché concurrentiel pour ces produits d'assurance essentiels.»

Vienna Insurance Group est un groupe international d'assurance qui a son siège en Autriche et est essentiellement présent dans les branches vie et non-vie en Autriche et dans plusieurs pays d'Europe centrale et orientale.

Erste Bank est la deuxième banque d'Autriche. Elle exerce ses activités d'assurance par l'intermédiaire de ses filiales s-Versicherung (Autriche), BCR Life et BCR Non-Life (Roumanie) et d'autres encore, implantées en République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie.

Après avoir consulté un large éventail de clients, intermédiaires et concurrents sur tous les marchés en cause, la Commission a constaté que l'opération poserait de graves problèmes de concurrence pour les produits d'assurance vie à des fins de retraite et d'investissement en Autriche et d'assurance non-vie, essentiellement d'assurance automobile, en Roumanie.

En Autriche, VIG aurait détenu, à l'issue de l'opération envisagée, une part de marché d’environ 40 %, soit près du double de son concurrent le plus proche, Uniqa. La Commission s'inquiétait particulièrement de la position de force que cette opération lui conférerait dans le circuit de distribution essentiel qu'est le réseau bancaire, sur lequel deux des trois grandes banques de détail autrichiennes auraient presque exclusivement distribué les produits d'assurance vie de VIG. La vente de BACAV au concurrent Ergo qui, jusqu'ici, n'était que peu présent sur le marché, prévoit aussi la poursuite de sa relation de distribution avec Bank Austria, garantissant ainsi le maintien d'une force concurrentielle sur le marché.

En Roumanie, VIG aurait occupé une position encore plus forte au terme de l'opération, avec une part de marché de plus de 50 % dans le secteur des assurances «responsabilité civile automobile», soit plus de quatre fois celle de son concurrent le plus proche. La Commission en a conclu que cette position de force dans tous les circuits de distribution – ventes directes ou par l'intermédiaire d'agents, courtiers et banques – aurait créé des obstacles considérables pour les concurrents. La cession d'Unita élimine complètement les chevauchements dans tous les segments clés de la branche non-vie et garantit que le marché roumain, actuellement en pleine croissance, continuera à tirer profit de la concurrence, de la qualité des services et de l'innovation.

La Commission a aussi examiné attentivement les marchés roumains des assurances crédit et des assurances garantie, mais est parvenue à la conclusion que l'opération de concentration ne conférerait pas de puissance de marché particulière aux parties.

En dehors des engagements concernant les assurances «responsabilité du fait des produits pharmaceutiques» souscrits dans le cadre de l'examen, en 2006, du rachat de Gerling Versicherungsgruppe par Talanx (voir IP/06/461), il s'agit de la première affaire portant sur des assurances de type général à donner lieu à des mesures correctives au titre du règlement CE sur les concentrations.

De plus amples informations sur cette affaire sont disponibles à l'adresse suivante:

http://europa.eu.int/comm/competition/mergers/cases/index/m101.html#m_5075


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest