20 novembre 2007 - La deuxième vague de l’observatoire de la Fonction Publique réalisé par Ipsos pour le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique présente des fonctionnaires qui oscillent entre inquiétude et un profond besoin de changement.  



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values
  


Les fonctionnaires interrogés par Ipsos en novembre 2007 sont globalement satisfaits de la qualité de service délivrée à l’usager des services publics et de l’ambiance au travail, mais un sur deux, particulièrement dans la Fonction publique d’Etat et la Fonction publique hospitalière, se déclare tout de même  « inquiet ».

Inquiets, mais pas repliés sur eux mêmes, les agents interrogés ont conscience de la nécessité pour l’administration d’évoluer. Ainsi 71% soutiennent « le besoin de changement » au sein de leur administration. Un pourcentage en hausse de 7 points à trois mois d’intervalle.

Les attentes sont multiples et s’expriment dans tous les compartiments de la vie au travail.

Quand on leur parle de « moderniser la Fonction publique », les agents publics interrogés placent spontanément en tête des priorités « l’amélioration de leur rémunération » (30%), « l’accroissement des moyens humains et des effectifs » (20 %) et « davantage d’écoute et de reconnaissance » (18 %). Dans la même veine, les agents jugent  indispensables  « l’adaptation des compétences et la formation des fonctionnaires » (74% des répondants), « le renouvellement du dialogue social « (71%) et « l’amélioration des conditions de travail » (70%).

Mais on note aussi un soutien consistant à des mesures qui faciliteraient la mobilité fonctionnelle des agents : offrir la possibilité de changer de métier plus facilement dans l’administration répond bien au besoin de modernisation de la Fonction Publique pour 86% des personnes interrogées. Adhésion majoritaire aussi à des projets qui favoriseraient l’évolution professionnelle des individus « au mérite » i.e. en fonction de leur implication dans le travail (84%) ou bien encore qui assoupliraient le recrutement dans la Fonction Publique (83% de fonctionnaires se déclarent favorables au « recrutement des agents sur le profil et les compétences plutôt que sur concours »).




Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest