Alain Lhostis, adjoint chargé de la santé, président délégué du conseil d'administration de l'AP-HP



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Rose-Marie Van Lerberghe, directrice générale de l'AP-HP

André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux

Patricia Arbieu-Boué, secrétaire générale de l'USAP-CGT

inaugureront une stèle à la mémoire de Corentin Celton, Infirmier, syndicaliste, résistant,

fusillé par les Allemands le 29 décembre 1943



mercredi 20 avril 2005

à 11 heures

Hôpital Corentin Celton - 4, parvis Corentin Celton - Issy les Moulineaux



Corentin Celton (1901-1943) est recruté par l'Assistance Publique en novembre 1924, comme garçon de salle, dans un service de chirurgie de l'hôpital Saint-Antoine. Il obtient, en 1926, le diplôme professionnel de préposé.



En novembre 1934, il est affecté à la maison de retraite des Ménages à Issy-les-Moulineaux (actuel hôpital Corentin-Celton), chargé de travaux de bureau au service de la consultation. Dès le mois de mars suivant, il est placé à sa demande en congé syndical. Membre de la Commission administrative de la Bourse du Travail de Paris, il est élu secrétaire de la fédération CGT des services publics et de santé de la région parisienne.



Le 1er septembre 1939, en raison de la mobilisation, son congé syndical prend fin et il réintègre la maison de retraite des Ménages. Très vite, il est appelé comme infirmier dans la VIIème armée.



Le 30 juin 1940, il est cité à l'ordre de son régiment et obtient la Croix de guerre pour son courage. Démobilisé le 18 août, il est réaffecté aux Ménages, mais dès le 3 septembre, la Direction générale de l'Assistance Publique le relève de ses fonctions pour ses activités au sein du Parti Communiste Français alors interdit. Il passe alors dans la clandestinité, organise les Comités Populaires dans les services publics, assure la liaison entre le syndicat légal de la santé et les syndicalistes hospitaliers entrés en résistance. Arrêté en mars 1942, il est enfermé à la prison de la Santé.



En 1943, il est condamné à trois ans de prison et transféré à Clairvaux, puis à Fresnes par la Gestapo en septembre de la même année. Le 20 décembre 1943, un nouveau jugement le condamne à mort et il est fusillé au Mont Valérien, le 29 décembre 1943.



Le 9 février 1945, un décret attribue à la maison de retraite des Ménages le nom de Corentin Celton.

C'est la raison pour laquelle le conseil d'administration de l'Assistance Publique a souhaité honorer la mémoire de Corentin Celton, une des grandes figures du syndicalisme et acteur de la Résistance, en installant une stèle dans le jardin du nouvel hôpital, devant la crèche.



La construction du nouvel hôpital Corentin-Celton (AP-HP), situé à Issy-les-Moulineaux, rendait nécessaire la réalisation d'une nouvelle stèle dédiée à Corentin Celton. Un concours a été lancé pour la réalisation d'une stèle compatible avec l'architecture des nouveaux bâtiments. Le lauréat est Gilles Chabrier. Il a été choisi par un jury constitué de cinq personnes : Alain Lhostis, président délégué du conseil d'administration de l'AP-HP, Guy Ducolone, déporté à Buchenwald, ancien vice-président de l'Assemblée nationale, ancien député et ancien conseiller général d'Issy-les-Moulineaux, représentant les associations de déportés, Marie-Auguste Gouzel, président de la commission de surveillance et maire-adjoint d'Issy-les-Moulineaux, Fabrice Dusapin, architecte du nouvel établissement et Paulette Ferlender, ancienne résistante et agent retraité de l'hôpital.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest