Pour le premier semestre de son exercice 2004 – 2005, le Groupe Bonduelle a réalisé un chiffre d’affaires de 688,1 millions d’euros en progression de 2,1%. Ce semestre s’est déroulé dans un contexte économique défavorable : l’univers de la grande consommation en Europe de l’Ouest s’étant révélé particulièrement déprimé. A périmètre et change constants, le résultat d’exploitation s’établit à 5,3% du chiffre d’affaires.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Chiffre d’affaires
La croissance du chiffre d’affaires inférieure aux prévisions a été fortement pénalisée, la grande consommation étant même en déflation dans certains pays européens. En France, pays représentant encore près de 50% des ventes du Groupe, un accord signé sous l’égide de Bercy a obligé les industriels à baisser leurs prix de vente de 2% dès septembre sur les produits à leurs marques, sans pour autant qu’une relance ait été constatée depuis lors.
Même si les effets d’une consommation atone ont été atténués pour le Groupe Bonduelle du fait de sa présence sur tous les circuits de distribution (Grand Public et Restauration Hors Domicile), dans toutes les technologies de transformation du légume (conserve, surgelé et frais élaboré), sous toutes les marques et dans tous les pays européens, notamment ceux d’Europe Centrale et Orientale où la consommation reste élevée, il n’en demeure pas moins que ses ventes en ont subi les conséquences.
Par ailleurs l’acquisition stratégique pour le Groupe de Vita, leader allemand des salades vertes en sachet (salades dites de 4ème gamme) et son intégration depuis le 1er janvier 2004, a permis une croissance totale du chiffre d’affaires consolidé de 2,1% (- 1,9% à périmètre et change constants).

Rentabilité
En revanche cette société s’est avérée plus déficitaire que prévue. Le Groupe a mis en place dès octobre un plan de redressement (synergies achats, restructuration de l’ensemble des sites, rationalisation des gammes, lancement de la marque Bonduelle) qui portera ses effets à partir du second semestre de l’exercice. L’effritement constant du dollar et l’appréciation des monnaies des pays d’Europe Centrale par rapport à l’euro, notamment en Pologne et Hongrie, pays dans lesquels le Groupe Bonduelle produit des légumes en conserve et surgelés pour l’exportation, ont également pesé sur la rentabilité d’exploitation qui s’établit à 3,9% du chiffre d’affaires contre 4,8% pour la même période du précédent exercice.
Cependant à périmètre et change constants, cette rentabilité progresse tant en valeur qu’en ratio sur le chiffre d’affaires : +5,3%.
Le résultat net part du groupe du premier semestre s’établit à 12,7 millions d’euros.

Innovations et développements majeurs
Le Groupe Bonduelle continue sa stratégie d’innovations majeures. Après les lancements réussis de gammes de conserves de légumes en briques Tetra Recart™ sur les marchés italien, allemand, français, belge et néerlandais, il vient d’investir les linéaires des produits frais en libre service avec des soupes de légumes en bouteille et des salades traiteur en emballage operculé. Ces toutes nouvelles gammes de produits remportent d’ores et déjà un vif succès en France. Le marché test en cours sur le marché de la 1ère gamme (légumes frais bruts) démontre quant à lui la légitimité de la marque dans cette catégorie.
La Fondation Louis Bonduelle, créée en octobre 2004, dont la mission est de promouvoir l’utilité publique des légumes, a lancé « le jour du légume » en janvier dernier. L’objectif est de remettre le légume au cœur de la consommation quotidienne en lui réservant un jour de la semaine où il sera plus spécialement mis en avant.
Enfin, grâce à la performance sportive et médiatique de Jean le Cam à bord de Bonduelle lors du dernier Vendée Globe, les retombées ont été particulièrement élevées, assurant ainsi pendant trois mois une présence à l’esprit forte de la marque et développant son image de dynamisme ainsi que sa proximité des consommateurs.

Rationalisations industrielles.
Avec la fermeture, au premier semestre de l’exercice, de l’usine de salades de 4ème gamme située à Peschiera à proximité immédiate de Milan, le Groupe Bonduelle poursuit sa politique de rationalisation industrielle. Il vient d’annoncer le projet de transfert de l’activité de production de l’usine de Flaucourt (Somme) vers celle toute proche d’Estrées, Flaucourt devenant en 2006, site de conditionnement et plate-forme logistique.
D’autre part, dans le cadre d’une réorganisation de la filière du maïs doux dans le Sud-Ouest, le Groupe Bonduelle renforce son alliance avec ses partenaires coopératifs (Euralis, Maïsadour et Vivadour) par la création d’une société commune et le transfert de la production de la conserverie de Haut Mauco vers les autres sites landais situés à Bordères, St Sever et Labenne.
Les débuts très prometteurs de l’usine de Krasnodar en Russie lors de sa première campagne de production de maïs doux et de pois ont permis de décider d’ores et déjà un accroissement de 50% des capacités de production.

Perspectives
Tout en restant positive la croissance annuelle sera légèrement inférieure à la prévision. Compte tenu des mesures prises et des coûts de productions favorables de la campagne de fabrication de l’été 2004, la rentabilité se redressera significativement au second semestre mais compensera difficilement le retard constaté à la fin du premier semestre de l’exercice.


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest