Le Conseil d'Administration de Total Gabon s'est réuni le 5 avril 2005, sous la présidence de Jean PRIVEY et a arrêté les comptes définitifs de l'exercice 2004.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

En 2004, le résultat net de Total Gabon s'est élevé à 241,5 millions de dollars US contre 195,7 millions de dollars US en 2003.  

La production de pétrole brut des champs opérés par Total Gabon a atteint 36,7 millions de barils en 2004, en légère baisse par rapport à l’année précédente. La part de production de pétrole brut (opérée et non opérée) liée aux participations de Total Gabon1 s’est élevée en 2004 à 29,5 millions de barils contre 30,8 millions de barils en 2003, soit environ 30 % de la production gabonaise totale de pétrole brut.

Le chiffre d'affaires s’est élevé à 879,7 millions de dollars US, en augmentation de 111,1 millions de dollars US par rapport à 2003, soit +14,4 %. Cette hausse résulte d’une diminution des quantités vendues qui a été plus que compensée par la forte appréciation du prix de vente moyen des bruts commercialisés par Total Gabon (34,28 USD/baril en moyenne sur l'année 2004 contre 27,37 USD/baril en 2003). Les charges d’exploitation sont en hausse de plus de 20 % en 2004, s’inscrivant à 726,8 millions de dollars US, du fait de la poursuite d’une activité importante augmentant les achats de biens et services et d’un programme toujours soutenu de gros entretien. L’impact de ces efforts est accentué par un fort effet parité dû à la dégradation du cours du dollar US par rapport aux devises euro et franc CFA, qui sont les devises d’origine de la majorité de nos coûts.

Les investissements pétroliers se sont élevés à 157,8 millions de dollars US en 2004 contre 146,2 millions de dollars US en 2003, et ont concerné :

pour l'activité opérée sur l’actif Mandji, d’importantes études de réservoir et de développement notamment sur les champs d’Anguille, Baudroie, Gonelle et Hylia, le forage d’un nouveau puits (BDNM11) sur Baudroie, des reprises de puits sur les secteurs de Grondin (MAM13, BAM16, BAM19 et BAM8) et Torpille (TRM3 et TRM7), la reprise et la completion de puits à terre (PO4, PO6, TC8 et TC26) et des projets visant à préserver l’environnement par réduction des rejets d’hydrocarbures et maîtrise de l’émission des gaz à effet de serre.

pour l’activité opérée sur l’actif Rabi, le début du projet de développement complémentaire d’ Atora avec le forage du puits ATO7, du puits injecteur d’eau ATO502 et la poursuite des travaux de dégoulottage des installations de ce même champ, la reprise du puits DICO5 sur Coucal et le forage du puits MBB11 sur Mboumba (permis Mboga).

pour l'activité non opérée, la poursuite du programme de travaux sur Rabi Kounga (phase III) avec 11 puits de développement supplémentaires et la suite des travaux liés à la compression de gaz pour ré-injection.
PRINCIPALES DONNEES FINANCIERES

(en millions de dollars US) 2004 2003 2002  
Chiffre d'affaires 879,7  768,6  673,4
Capacité d’autofinancement globale 340,9  294,8  214,4
Investissements pétroliers 157,8  146,2  84,4
Résultat net 241,5  195,7  141,1

Le Conseil a décidé de proposer à l'Assemblée Générale des actionnaires, convoquée le 23 juin 2005, la distribution d'un dividende net de 45,0 dollars US par action, soit 202,5 millions de dollars US pour l'ensemble des actionnaires.

Ce dividende est payable en euros (ou sa contre-valeur en francs CFA) sur la base du cours du dollar US au jour de l'Assemblée Générale. Il ouvre droit à un crédit d'impôt en France de 0,06 dollar US par action correspondant au montant de la retenue à la source au Gabon.

1 y compris les barils de fiscalité huile revenant à l’Etat dans le cadre des contrats de partage de production


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest