Publication d'une nouvelle analyse intermédiaire de l'étude pivot du dossier d’enregistrement de Taxotere dans le traitement du cancer du sein en situation adjuvante aux Etats-Unis et en Europe



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Strasbourg, France, le 8 décembre 2003 – La mise à jour de l'analyse d’une étude clinique majeure montre que, par rapport au traitement de référence, TaxotereÒ (docétaxel), l’agent anticancéreux d’Aventis, améliore significativement la survie chez les femmes atteintes de cancer du sein à un stade précoce. Cette analyse démontre en outre que
Taxotere réduit également le risque de rechute.

Cette étude, dénommée BCIRG 001*–TAX 316, a été présentée le 5 décembre au congrès annuel de San Antonio sur le cancer du sein au Texas (San Antonio Breast Cancer Symposium). Elle a montré, après un suivi sur 5 ans (55 mois), une amélioration de 30% de la survie et une réduction de 28% du risque de rechute en faveur de l'association à base de Taxotere chez les femmes atteintes de cancer du sein à un stade précoce avec atteinte ganglionnaire, par rapport au traitement de référence préconisé en situation adjuvante (traitement complémentaire à l'ablation chirurgicale de la tumeur).

L'analyse préliminaire de l’étude BCIRG 001–TAX 316 après un suivi de 3 ans, présentée par le Dr Jean-Marc Nabholtz, auteur du protocole de l’étude, en mai 2002 lors du congrès de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology), a montré que l'association à base de Taxotere était très active à la fois chez les femmes avec des tumeurs présentant des récepteurs hormonaux positifs et chez celles ayant des récepteurs hormonaux négatifs. L’analyse à 5 ans présentée aujourd’hui montre que Taxotere est le seul taxane à démontrer un bénéfice en termes de survie sans rechute, quel que soit le statut hormonal des patientes.

Aventis prévoit d’utiliser les données de cette étude de phase III dans le dossier d’enregistrement qui sera déposé début 2004 pour l’utilisation de Taxotere dans le traitement des cancers du sein, à un stade précoce, opérable avec atteinte des ganglions lymphatiques axillaires aux Etats-Unis et en Europe. Dans le cancer du sein, Taxotere est actuellement indiqué dans le traitement des stades localement avancés ou métastatiques de la maladie après échec d’une chimiothérapie antérieure.

« Ces données aujourd'hui matures – elles représentent presque cinq ans de suivi – nous enthousiasment, car elles démontrent que l’ajout de Taxotere à une chimiothérapie standard à base d’anthracyclines en situation adjuvante peut réduire significativement le risque de rechute chez les femmes atteintes de cancer du sein à un stade précoce » a déclaré le Dr John Mackey, membre du Comité Scientifique de l’étude BCIRG et Président du Programme sur le Cancer du Sein de l'Alberta du Nord au Cross Cancer Institute d’Edmonton, au Canada. « Les résultats de cette étude suggèrent que nous serons peut-être capables de sauver plus de femmes à un stade précoce de la maladie en leur administrant une chimiothérapie adjuvante extrêmement efficace. »

Résultats et protocole de l’étude
L’étude a comparé le protocole TAC associant Taxotere à la doxorubicine (AdriamycinÒ/AriblastineÒ) et au cyclophosphamide (CytoxanÒ/Endoxan®) avec le protocole standard FAC, associant du 5-
fluoro-uracile à la doxorubicine et au cyclophosphamide. Le suivi à 55 mois des résultats de cette étude a été présenté au cours de la session spéciale sur les dernières informations importantes (« late-breaking news ») au congrès de San Antonio.
Cette étude multi-centrique conduite par le BCIRG a inclus, entre juin 1997 et juin 1999, 1491 femmes pré- et post- ménauposées atteintes de cancer du sein à un stade précoce, dans 112 centres répartis dans 20 pays. Ces patientes ont été randomisées pour recevoir soit le protocole TAC, soit le protocole FAC en traitement adjuvant (postopératoire).

Parmi les résultats de l’étude, on a noté avec le protocole TAC une amélioration de 28% de la survie sans rechute (p=0.0010) par rapport au protocole FAC. Un effet bénéfique similaire a été observé quel que soit le statut : atteinte ganglionnaire, récepteurs hormonaux et expression de la protéine HER-2/neu. Les résultats de l’étude montrent également une réduction de 30% du risque de décès (p=0.0080) chez les femmes traitées avec la chimiothérapie à base de Taxotere.
« Les résultats de cette étude majeure montrent que Taxotere permet de prolonger la vie de femmes souffrant de cancer du sein avec une atteinte des ganglions » a commenté le Dr Frank Douglas, Membre du Directoire d’Aventis et Executive Vice President of Drug Innovation & Approval. « Ces résultats sont encourageants pour le cancer du sein à un stade précoce. Ils étayeront d'ailleurs les dossiers de demande d’enregistrement de Taxotere dans cette indication, que nous allons déposer début 2004. »

Gestion des effets secondaires
Le suivi à long terme des patientes de cette étude en termes de tolérance n’a pas fait apparaître d'effets différents de ceux observés lors de la première analyse intermédiaire.

On a noté un nombre plus important de cas de neutropénie fébrile (baisse du taux de globules blancs qui peut conduire à des infections) dans le groupe TAC par rapport au groupe FAC (24,7% contre 2,5%).
Toutefois, aucune augmentation du nombre d’infections graves n'a été observée ni aucun décès par infection. En outre, les patientes inclues dans cette étude n’ont pas été traitées de manière prophylactique avec un facteur de croissance des cellules sanguines (GCSF, granulocyte colony-stimulating factor), utilisé en général pour prévenir les neutropénies chez les patients sous chimiothérapie.

L’étude a comparé un nombre identique de cycles de traitement pour les deux groupes étudiés et plus de 90% des patients dans les deux groupes ont reçu les six cycles de chimiothérapie prévus.

Le cancer du sein dans le monde
Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes après le cancer de la peau. C’est la seconde cause de mort par cancer chez les femmes après le cancer du poumon et la première cause de décès par cancer chez les femmes entre 40 et 59 ans1. Plus d'un million de nouveaux cas de cancer du sein sont recensés dans le monde chaque année et, plus de 300 000 femmes en meurent tous les ans2.

Une femme a approximativement 11% de chance de développer un cancer du sein au cours de sa vie (soit environ une femme sur neuf), avec un taux de mortalité de 3 ou 4% lié à la maladie1.

L’engagement d’Aventis dans la lutte contre le cancer
Taxotere, médicament phare d'Aventis en oncologie, est actuellement indiqué dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules et le cancer du sein localement avancés ou métastatiques. En 2002, l’agent de chimiothérapie a généré un chiffre d’affaires mondial de
1,3 milliards d’euros. L’étude BCIRG est un des nombreux essais conduits dans le monde pour étudier la bonne tolérance et l’efficacité de Taxotere dans le cancer du sein à un stade précoce, le cancer de la prostate, de la tête et du cou et les cancers de l’estomac.
Aventis commercialise également CamptoÒ (irinotecan), traitement de référence pour le cancer colo-rectal avancé et AnzemetÒ (dolasetron mesylate), un inhibiteur des nausées et des vomissements provoqués par la chimiothérapie.
Aventis dispose également d’un riche portefeuille de composés anticancéreux en développement incluant AVE-8062, un agent antivasculaire novateur ; flavopiridol, un nouvel inhibiteur du cycle
cellulaire ; de nouveaux taxoïdes, qui pourraient se révéler  supérieurs aux taxoïdes actuels ; et les vaccins anti-cancéreux ALVAC développés par la division vaccins d’Aventis.

En 2002, Aventis et Genta on signé un accord de collaboration global pour développer et commercialiser conjointement GenasenseÔ sur le marché américain. A l’extérieur des Etats-Unis, les droits marketing sont la propriété exclusive d’Aventis. Genasense induit l’apoptose cellulaire en inhibant la production de Bcl-2, une protéine fabriquée par les cellules cancéreuses et qui bloquerait la mort cellulaire induite par la chimiothérapie. Les résultats de l’étude clinique de phase 3 de Genasense en association avec une chimiothérapie dans le traitement du mélanome malin ont été annoncé en septembre. Conjointement avec ces données, la première partie du dossier d’enregistrement (New Drug Application) de Genasense a été déposée auprès de la Food and Drug Administration (FDA) dans cette indication.

En juillet 2003, Aventis et ImmunoGen ont conclu un accord pour la découverte, le development et la commercialisation de nouveaux agents anti-cancéreux basés sur des anticorps.

En septembre 2003, Aventis et Regeneron Pha rmaceuticals ont signé un accord de collaboration global (à l’exception du Japon) pour le développement et la commercialisation conjointe du VEGF Trap (Vascular Endothelial Growth Factor), le composé anti-angionénique phare de Regeneron.

A propos d’Aventis
Aventis se consacre au traitement et à la prévention des maladies grâce à la découverte et au développement de médicaments de prescription et de vaccins innovants. En 2002, les activités stratégiques d’Aventis ont généré un chiffre d'affaires de 17,6 milliards d’euros. Aventis a investi 3,1 milliards d'euros en recherche et développement et compte environ 71 000 salariés. Le siège social d'Aventis est à Strasbourg, en France.

Site Internet : www.aventis.com

Les informations autres que celles se référant à des évènements passés, contenues dans ce communiqué, telles que des projections, des estimations de résultats, des informations sur le chiffre d'affaires, sur le revenu par action, sur les dépenses en capital, sur la structure du capital et d'autres éléments financiers, des informations sur des projets et opérations futurs, de futures performances économiques ainsi que diverses informations sous-jacentes, sont données à titre prévisionnel et sont donc soumises aux risques et incertitudes des marchés. Les résultats effectifs peuvent varier considérablement en fonction de différents facteurs, tels que le calendrier et les contraintes imposées par les autorités de régulation, les résultats de tests cliniques, la capacité pour la société à se développer et gagner des parts de marché avec ses nouveaux produits, la résolution de certains litiges importants et l’efficacité de la protection des brevets. Des informations complémentaires concernant les risques et incertitudes sont exposées dans le dernier rapport annuel d’Aventis -formulaire 20-F d’Aventis, enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission aux Etats-Unis et Document de Référence déposé auprès de la Commission des Opérations de Bourse en France, nouvellement dénommée Autorité des marchés financiers.

* BCIRG : Breast Cancer International Research Institute (Groupe
International de Recherche sur le Cancer du Sein)
Références:
1- National Alliance of Breast Cancer Organizations
2- World Health Organization--GLOBOCAN database (2000 estimates)


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest