Mise en avant du lien entre les rétrovirus endogènes humains et la sclérose en plaques, le diabète de type 1, la sclérose latérale amyotrophique ainsi que la schizophrénie



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values
Le temelimab de GeNeuro est le candidat médicament le plus avancé ciblant les rétrovirus endogènes humains pathogènes
Genève, Suisse, le 11 juillet 2019 – 18h00 - GeNeuro (Euronext Paris : CH0308403085 - GNRO), société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et les maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP) ou le diabète de type 1 (DT1), annonce aujourd’hui une publication de Frontiers in Genetics mettant en avant l’existence de liens entre les rétrovirus endogènes humains (HERV) et plusieurs pathologies neurologiques très difficiles à traiter. Les HERV représentent environ 8% du génome humain, auquel ils se sont parfaitement intégrés il y a des millions d’années. Habituellement silencieux, les gènes des HERV ont toutefois conservé une faculté d’activation et de régulation à la hausse.

À propos de GeNeuro

La mission de GeNeuro est de développer des traitements sûrs et efficaces contre les troubles neurologiques et les maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques ou le diabète de type 1, en neutralisant des facteurs causals induits par les rétrovirus endogènes humains (HERV), qui représentent 8% du génome humain.

Basée à Genève en Suisse, et disposant d’un centre de R&D à Lyon, GeNeuro compte 24 collaborateurs. Elle détient les droits sur 17 familles de brevets qui protègent sa technologie.

Pour plus d'informations, visitez : www.geneuro.com

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest