26 septembre 2017 – Le cabinet d’avocats d’affaires international Baker McKenzie annonce un chiffre d’affaires global de 2,9 milliards de dollars pour l’année fiscale clôturée au 30 juin 2018. Ce résultat représente une hausse de 10% par rapport à l’exercice précédent à taux de change constant.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Baker McKenzie maintient sa position comme cabinet d’avocats d’affaires international bénéficiant de la meilleure répartition géographique de ses revenus : 26% en Asie-Pacifique, 39% en zone EMEA et 35% sur le continent américain.

Paul Rawlinson, Président du Comité exécutif de Baker McKenzie, déclare :

« Nous avons mis au cœur de notre modèle la valeur ajoutée que nous apportons à nos clients et leur satisfaction : c’est la clé du succès de la firme, succès qui se mesure au niveau global, dans l’ensemble des zones géographiques dans lesquelles nous intervenons. Concrètement, cela se traduit par le développement de nos groupes d’industries et pratiques, ainsi que de nos programmes clients et collaborateurs. Ainsi, nos excellents résultats financiers sont le fruit des relations de long-terme que nous construisons avec nos clients, des relations basées sur la confiance, et qui nous permettent de fournir des services sur mesure et de qualité, de fidéliser ainsi nos clients et de continuer à investir afin de répondre toujours mieux à leurs besoins. »

L'innovation, clé de la stratégie de Baker McKenzie

Afin de renforcer cette performance et rendre ses services plus efficaces, Baker McKenzie s’est aussi engagé dans un programme digital majeur pour se saisir de toutes les opportunités offertes par les nouvelles technologies, avec l’objectif de réinventer le métier d’avocat.

« En effet, Baker McKenzie est le seul cabinet international qui offre à ses clients une véritable plateforme digitale intégrée. Ces initiatives innovantes dopent également les performances financières du cabinet : notre Global Service Center de Belfast, notre plateforme e-discovery et la mise en œuvre du legal project management représentent déjà plus de 50 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel. », explique ainsi Paul Rawlinson.

Le bureau parisien de Baker McKenzie a lancé, en février 2018, le tout premier hackathon réalisé par un cabinet d'avocats d'affaires international, en collaboration avec l’école 42 et le studio d’innovation Schoolab. En juin, le cabinet a aussi annoncé le lancement d’une intelligence artificielle pour analyser l’évolution de la profession d’avocat. Cet assistant personnel, dénommé « Lancelaw », fournit chaque semaine aux avocats du cabinet à Paris une sélection d’actualités à la fois pertinentes et personnalisées sur l’évolution de la profession d’avocat et l’innovation. Reposant sur des techniques de machine learning et des « circuits neuronaux », il a été éduqué par des avocats du bureau parisien de Baker McKenzie pour apprendre à prioriser ses sources.

Eric Lasry, Managing Partner de Baker McKenzie à Paris, complète : « Les métiers du droit sont évidemment affectés par les nouvelles technologies, et notamment par l’intelligence artificielle. Depuis trois ans, au niveau global comme en France, le cabinet a démontré sa capacité à relever, dès aujourd’hui, les défis de demain en intégrant les technologies les plus récentes et en inscrivant l’innovation au cœur de sa stratégie. »

Transformer et renforcer l’organisation du cabinet

Le renforcement des services innovants de Baker McKenzie va de pair avec le développement du réseau mondial du cabinet, avec l’ouverture d’un nouveau bureau à Los Angeles et le recrutement de cinq partners reconnus pour ce bureau au cours de l’année fiscale écoulée. Grâce à d’importants investissements dans les capacités de conseil et transactionnelles du cabinet à Londres, New York et en Chine, Baker McKenzie a réussi à maintenir un flux de deals important. En moyenne, trois opérations ont été clôturées chaque jour au cours de cette année fiscale. Les expertises suivantes ont connu une croissance particulièrement soutenue durant l’année fiscale 2018 : Commerce, Emploi, Marchés des Capitaux, Banque & Finance et Healthcare.

Le début de l’année fiscale 2019 a été marqué par le lancement d’un programme d’envergure qui vise à améliorer la qualité et l’efficacité des services fournis par Baker McKenzie à ses clients. « Notre ambition est de disrupter et challenger les standards établis afin de maximiser l’efficacité et la qualité de nos services », explique Paul Rawlinson. Dans le cadre de ce programme, le cabinet a récemment annoncé son objectif de développer le Global Service Center de Belfast et devrait bientôt annoncer la création de nouveaux centres de services partagés, en complément des centres de Belfast et Manila.

Une implication sur des opérations d'envergure en France comme à l’international

Le cabinet est intervenu sur des deals et affaires d’envergure variés pendant l’année, parmi lesquels :

L’acquisition par le groupe pharmaceutique français Servier de l’activité mondiale d’oncologie de Shire pour 2,4 milliards de dollars ;
L’entrée du groupe chinois Tencent au capital d’Ubisoft avec environ 2,1 milliards de dollars ;
La cession par le fonds d’investissement américain Platinum Equity de l’opérateur de services aéroportuaires World Flight Services à Cerberus pour 1,2 milliard d’euros ;
L’acquisition par le groupe allemand Knauf, pour 6 milliards de dollars, de USG Corporation, société américaine spécialisée dans la fabrication de matériaux de construction ;
La conclusion de la plus large opération, à date, du secteur hôtelier en Argentine, à savoir la vente du Sheraton Buenos Aires Hotel & Convention Center et du Park Tower Hotel pour un montant d’environ 100 millions de dollars ;
Conseil juridique international auprès de DK Telekommunikation ainsi qu’un consortium dirigé par Macquarie dans le cadre de l’acquisition, pour 6,7 milliards de dollars, de l’opérateur de télécommunication danois TDC A/S ;
La représentation d’un consortium de 40 banques suisses dans le contexte d’une intervention du U.S. Department of Justice en lien avec des comptes bancaires offshore ;
L’accompagnement de Meiji Yasuda Life Insurance Co. dans le cadre de quatre actions de groupe consolidées et menées par des actionnaires publics suite à son acquisition, en 2016, pour un montant de 5,7 milliards de dollars et sa fusion avec StanCorp Financial Group ;
Le conseil du plus grand groupe hôtelier du monde, Marriott, sur une opération emblématique qui lui permettra de gérer le premier hôtel casino installé à Madrid depuis plus de 20 ans.
Une renommée internationale et de nombreuses distinctions

Pendant l’année fiscale 2018, Baker McKenzie a reçu plusieurs prix internationaux :

Sur les onze dernières années, Baker McKenzie figure parmi les deux premiers cabinets dans le classement Thomson Reuters des cabinets d’affaires étant intervenu dans le plus grand nombre d’opérations transfrontalières. Plus de 65 % des opérations réalisées par le cabinet sont transfrontalières ;
Pour la treizième année consécutive, la firme arrive en tête pour les opérations impliquant des pays émergents, tant par le nombre d’opérations annoncées que réalisées ;
Acritas a désigné Baker McKenzie comme ayant la meilleure image de marque parmi les cabinets d’avocats d’affaires pour la huitième année consécutive ;
Le hackathon réalisé par Baker McKenzie à Paris a été distingué par le « Prix Opéra 2018 » de la revue Juristes Associés dans la catégorie Relation Clients ;
Baker McKenzie a été distingué par le magazine Working Mother, Law360 and Euromoney pour les conditions de travail des femmes au sein du cabinet ;
La firme est classée parmi les Stonewall 2018 Top Global Employers et a été nommée Top Global LGBT+ Network of the Year
Baker McKenzie est enfin le cabinet le mieux référencé dans le guide « Chambers Global 2018 ».
Une politique de ressources humaines dynamique

En 2018, le cabinet a recruté 53 partners, parmi lesquels des hauts fonctionnaires, des talents d’autres cabinets internationaux ainsi que des conseillers juridiques de multinationales. Le cabinet est en pleine expansion en particulier à Londres, New York et en Chine, où un quart de ses recrutements ont été réalisés. 67 nouveaux partners ont également été promus au niveau mondial. La firme comptabilise désormais 1 600 partners au 1er juillet 2018. 42 % des avocats et 26 % des partners sont des femmes.

Pour conclure, Paul Rawlinson affirme : « Malgré des incertitudes économiques et un marché difficile, nous avons réussi à poursuivre notre développement, marquant même la croissance annuelle la plus importante depuis dix ans. Nous avons une stratégie claire, un groupe de partners soudé, avec une vision et des objectifs communs ainsi que des priorités stratégiques partagées. Dans notre enquête annuelle auprès des équipes, nos collaborateurs ont exprimé un véritable sentiment de fierté à l’égard de notre cabinet. L’implication de Baker McKenzie auprès de ses clients et équipes porte donc ses fruits – ces retours nous donnent une grande confiance pour l’avenir. »

A propos de Baker McKenzie
Fondé en 1949, Baker McKenzie est un cabinet d’avocats d’affaires international regroupant plus de 5 000 avocats de premier plan et bénéficiant d’une expérience internationale implantés dans 77 villes de 46 pays. Paul Rawlinson est Président du Comité exécutif du Cabinet (www.bakermckenzie.com). A Paris, Baker & McKenzie A.A.R.P.I. compte 24 associés et 170 avocats et juristes spécialisés dans toutes les disciplines majeures du droit des affaires.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest