Quelle est la perception de cette fonction de la part des Millenials ?



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Quelles sont les approches du métier par les femmes et les hommes de ce pays ?

CA Technologies dresse un état des lieux de cette fonction dans cette étude.



Pour 58% des sondés, la profession de développeur informatique ne fait pas rêver.

En effet, 57% des hommes et 73% des femmes n’envisagent pas de l’adopter même s’ils déclarent « savoir en quoi consiste ce métier ».

Pour 25% des femmes sachant en quoi consiste ce métier, la faible représentation féminine dans la profession s’explique par le parcours scolaire qui les oriente naturellement vers d'autres cursus.

Paris, le 12 septembre 2018 - D’après la nouvelle étude de CA Technologies / YouGov, malgré l’omniprésence du numérique aujourd’hui à tous les niveaux de nos vies personnelles et professionnelles, le métier de développeur informatique ne fait pas recette. Alors que la carence en profils spécialisés a déclenché une « guerre des talents » – développeurs informatique, data scientists, experts en intelligences artificielle – CA Technologies a cherché à mieux cerner l’image que les jeunes Français ont de cette profession, en confiant à YouGov le soin d’organiser un sondage sur le sujet. Déficit d’informations, idées reçues, faible représentativité des femmes… force est de constater que le métier de développeur informatique ne fait pas rêver les Millenials. Toutefois, les mentalités évoluent : le métier n’est - par exemple - plus considéré comme avant tout masculin.

Face aux enjeux véhiculés par les nouvelles technologies et aux bénéfices qu’elles procurent, il est indispensable de revaloriser cette profession aux yeux des nouvelles générations, surtout quand on sait qu’au moins 13 000 postes d’informaticiens doivent être pourvus cette année en France.



Un métier mal connu…

Si 84% des Millenials interrogés ont « déjà entendu parler » de la profession de développeur informatique, ils ne sont que 26% à déclarer la « connaître parfaitement ». On note ici une forte disparité entre les hommes et les femmes : 38% des hommes « savent parfaitement en quoi consiste ce métier » contre seulement 15% des femmes.



Toutefois, plus le niveau d’études est élevé, plus la connaissance du métier et des filières de formation est importante. Les jeunes franciliens titulaires d’un diplôme d’études supérieures paraissent les mieux sensibilisés aujourd’hui à la profession de développeur informatique.



… et qui fait peu rêver

Pourtant considéré comme un métier d’avenir, bien rémunéré et porteur de nombreux débouchés, le développeur informatique ne fait « vraiment rêver » que 8% des Millenials (10% d’hommes et 5% de femmes). 21% les faisant « plutôt rêver », contre 58 % qui déclarent qu’il ne les fait « pas vraiment » ou « pas du tout » rêver (30% des femmes répondent « pas du tout »).

Conséquence, ils sont peu à envisager de s’orienter ou de se réorienter vers le métier de développeur informatique, même lorsqu’ils sont bien informés sur la profession : 57% des hommes et 73% des femmes déclarant « savoir en quoi consiste ce métier » n’envisagent pas d’embrasser cette profession. De plus, parmi les Millenials ayant déjà entendu parler du métier de développeur informatique, seulement la moitié connaît les formations/filières pouvant y conduire (51%). Seuls ceux qui déclarent connaître parfaitement le métier, connaissent également les formations qui peuvent y mener.

On le voit, le métier de développeur informatique souffre d’un manque flagrant d’informations, alors qu’il représente l’un des segments les plus dynamiques aujourd’hui en termes de recrutement. Pour Marie-Benoîte Chesnais, Directrice Technique chez CA Technologies : « Cette absence d’informations semble alimenter ce manque d’appétence pour la profession de développeur informatique : le métier ne fait pas rêver car les candidats ne savent ni à quoi il correspond exactement, ni vers quels débouchés il mène ».

Ce déficit d’informations est finalement une pierre dans le jardin des entreprises qui luttent au quotidien pour recruter des nouveaux talents formés au numérique pour développer leurs activités. Une étude de « Tech In France » a dévoilé courant 2018 que 85% des entreprises éprouvent des difficultés pour recruter des profils techniques. Des résultats qui corroborent une autre étude de 2017 qui montrait que : 84% des entreprises françaises avaient du mal à recruter des candidats expérimentés dans le DevOps (79% d’experts de la cybersécurité et 73% de spécialistes des API.

Le regard évolue

L’appréhension du métier de développeur informatique évolue néanmoins. Les femmes comme les hommes considèrent ce métier « adapté aux deux sexes ». Seuls 18% des hommes (et 25% de ceux habitant une grande ville) et 19 % des femmes pensent que c’est un métier d’homme.



Par ailleurs, 73% des Millenials privilégieraient l’enseignement de l’informatique au collège plutôt que du latin, confirmant ainsi qu’ils ont conscience de l’importance des technologies de l’information dans nos sociétés actuelles. Ce chiffre traduit également un certain pragmatisme des jeunes Français qui souhaiteraient réduire le décalage entre le système éducatif et la réalité du marché de l’emploi.

La place des femmes

Depuis les années 80, le nombre de femmes optant pour l’informatique ne cesse de chuter. Les SSII françaises sont en général composées de 20 à 30% de femmes. Sans parler de leur faible présence dans les conseils d’administration des principales entreprises de la high-tech. Les différences salariales (environ 16% selon Les Echos) n’expliquent pas tout. Le déficit de notoriété et d’information, détaillé plus haut, est ici confirmé. Pour 26% des Millenials sachant en quoi consiste ce métier (25% des hommes et 28% des femmes), les nombreux clichés liés à la profession – un métier réservé aux hommes, solitaire et peu varié – persistent dans l’esprit des Français. 21% évoquent sa « mauvaise image » (celle du « Geek »).

Parallèlement, 25% des femmes ayant connaissance de ce métier considèrent que la raison réside dans le parcours scolaire, qui les oriente naturellement vers d'autres cursus. Mais les femmes, comme les hommes, ne pensent pas que cette faible représentativité serait liée à « une forme de sexisme à l'entrée des formations et lors du recrutement » (9 et 10 %), ni à « un manque de soutien de la part de l'environnement social » (9 et 7 %), ni à « un manque d'encouragement de la part de la famille ou des amis » (bien que 3 fois plus d’hommes le pensent : 2 et 6 %).



"Cette étude livre une image précise de ce que pensent les jeunes Français aujourd’hui de la profession de développeur informatique. Célébrée dans les médias et très recherchée par les entreprises, elle suscite au fond peu d’appétence, surtout auprès des jeunes les plus diplômés » remarque Antoni Minniti, Research Executive chez YouGov. « Victime de nombreux clichés et d’idées reçues un peu datées, la profession souffre d’un déficit de notoriété qui explique en partie la carence actuelle en profils spécialisés. L’Etat et les instituts de formation doivent œuvrer ensemble pour corriger ce décalage qui freine les entreprises dans leur développement. Les jeunes doivent comprendre que les codeurs des années 90 ne sont pas les développeurs d’aujourd’hui. »

"Marie-Benoîte Chesnais, Directrice Technique chez CA Technologies conclut en affirmant que : « La faible représentation des femmes dans les professions informatiques ne s’explique pas uniquement par les différences salariales. Un véritable déficit d’image est aujourd’hui mis en relief par notre étude. Si les mentalités des nouvelles générations évoluent, il reste beaucoup à faire pour encourager les jeunes filles à adopter cette profession ». Elle ajoute, « Les entreprises ont un rôle très important à jouer. C’est ce que CA Technologies s’attèle à faire depuis 2015 en ayant déjà sensibilisé au numérique plus de 12000 jeunes dans le cadre de son programme de formation européen « Create Tomorrow », et avec pour objectif d’atteindre 50000 jeunes d’ici à 2020. Dans l’immédiat, les entreprises doivent porter une attention particulière aux postes proposés, ainsi qu’aux perspectives d’évolution. Elles doivent en prendre conscience pour ne pas être dépassées dans la guerre des talents numériques qui sévit aujourd’hui dans l’ensemble des secteurs d’activité. Parallèlement, à l’heure où l’IA et l’automatisation suscitent beaucoup d’angoisse en termes d’emploi, l’information et la formation apparaissent comme des remparts contre ces scénarios dystopiques ».

Méthodologie de l’étude

A l’occasion de la journée internationale des développeurs informatiques, CA Technologies a lancé une étude visant à analyser la perception de la fonction de développeur informatique par les Millenials (jeunes de 18 à 34 ans), mais aussi à distinguer les différences d’approche de la part des hommes et des femmes. En effet, on dénombre actuellement une majorité d’hommes aux postes de développeurs informatiques aujourd’hui. YouGov a donc mené l’enquête auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 à 34 ans. Le sondage a été effectué en ligne, du 3 au 6 août 2018, sur un panel défini par YouGov. Les données sont pondérées pour être représentatives des « Millenials ».



A propos de YouGov

YouGov est un cabinet d’études de marché considéré, aujourd’hui, comme l'un des leaders mondiaux. Fondé en 2000 au Royaume-Uni, YouGov occupe une large place sur la scène internationale et possède désormais 31 bureaux dans 21 pays dont la France depuis Novembre 2011.  Grâce à sa communauté de panelistes de plus de 210 000 personnes en France, et plus de 6 millions dans le monde, YouGov répond à différents enjeux, tels qu’identifier, comprendre et cibler des clients ; suivre et évaluer une marque et participer au développement d’activités.        



À propos de CA Technologies

CA Technologies fournit les logiciels qui aident les entreprises à opérer leur transformation numérique. Dans tous les secteurs, les modèles économiques des entreprises sont redéfinis par les applications. Partout, une application sert d’interface entre une entreprise et un utilisateur. CA Technologies aide ces entreprises à saisir les opportunités créées par cette révolution numérique et à naviguer dans l’Economie des Applications. Grâce à ses logiciels pour planifier, développer, gérer la performance et la sécurité des applications, CA Technologies aide ainsi ces entreprises à devenir plus productives, à offrir une meilleure qualité d’expérience à leurs utilisateurs et leur ouvre de nouveaux relais de croissance et de compétitivité sur tous les environnements : Mobile, Cloud, Distribué ou Mainframe. Pour plus d'informations : ca.com/fr.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest