93% des Français sont satisfaits de la qualité d’air dans leur logement, ont-ils raison ?



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values



Le groupe IGC, leader de la construction de maisons individuelles dans le Grand Sud-Ouest, a déployé une étude avec l’institut Harris Interactive sur la perception qu’ont les Français de leur logement en matière de confort : thermique, acoustique, lumière, qualité d’air ou encore domotique. Le sondage révèle une satisfaction des Français concernant le confort général dans leur logement, avec quelques disparités régionales, une priorité accordée au confort thermique et un désintérêt notable pour la domotique. La qualité d’air perçue dans le logement satisfait les Français mais ont-ils raison ? Le confort dans l’habitat garantit-il une meilleure santé ? Focus.



Le confort dans l’habitat : garant d’une meilleure santé ?

En matière de santé, les personnes interrogées ont conscience que tous les thèmes de confort - thermique, acoustique, lumière - jouent un rôle important, excepté la domotique : 47% considèrent qu’elle joue un rôle important en matière de santé alors que la qualité d’air qui est essentielle pour 94% des sondés, le confort thermique pour 92%, la lumière naturelle pour 91% des personnes. En Ile-de-France, 99% pensent que la qualité d’air joue le rôle le plus important pour la santé vs 90% dans le Nord-Ouest. Les fréquents pics de pollutions parisiens seraient-ils à l’origine de cette perception ? Pollution extérieure et pollution intérieure ne vont pas forcément de pair !

A noter que les 18-34 ans sont 53% à penser que la domotique contribue à la santé au sein de leur logement (vs 43% pour les 55 et +). Dans le Nord-Est, ils sont 54% à penser la même chose vs 41% en Ile-de-France.



Les Français sont satisfaits de la qualité de l’air dans leur logement : ont-ils raison ?

93% des personnes interrogées sont satisfaites de la qualité de l’air dans leur logement. C’est en Ile-de France qu’il y a le plus d’insatisfaits dans ce domaine :  11% des habitants de l’Ile-de-France considèrent que l’air est peu sain dans leur logement.

Entre le ressenti et la réalité y-a-t-il un écart ? Les logements sont-ils par exemple équipés d’un système permettant de mesurer le taux de CO2 ? Comment savoir si l’air de sa maison est réellement sain et comment faire en sorte qu’il le soit. Explications :  

Qualité d’air dans son logement : un enjeu majeur en matière de santé

L’étude révèle que 93% des sondés considèrent que la qualité d’air dans leur logement est bonne pourtant de récents tests réalisés par IGC en parallèle révèle une autre réalité. Les deux grandes sources de polluants présents dans la maison : les particules et les COV (composés organiques volatiles) surviennent au moment de l’aménagement, avec le ponçage des murs, la peinture et l’introduction des éléments décoratifs et de l’ameublement, éléments porteurs de colles, de laques.

Concernant le niveau de COV : les tests révèlent que les maisons à la livraison sont saines (avec un niveau de COV inférieur à 350 μg/m3, les valeurs de référence pour l'air intérieur au sujet des COV ne doivent pas dépasser les 1000 μg/m3), mais après une semaine de mise en situation, les échantillons d’air témoignent de l’explosion du niveau de COV.

=> Les solutions pour réguler le niveau de COV : Équiper sa maison de plaques de plâtres dépolluantes / destructrices de COV ; Équiper l’espace de ventilations efficaces ; Utiliser des peintures dépolluantes ;

- Certaines « bonnes pratiques », comme ventiler le lit bébé quelques mois avant de s’en servir afin de supprimer le maximum de COV particulièrement nocifs pour un bébé.

Concernant le niveau de CO2 : le niveau de CO2 est régulièrement supérieur à 1200 ppm dans les pièces de jour (entre 1500 et 1700). Le taux est encore plus élevé dans une chambre en pleine nuit. Et les pièces sont vite dans le rouge lorsque l’on dépasse un nombre de 4 à 5 personnes.

Les solutions pour réduire le niveau de CO2 et assurer un air sain dans la maison : Introduire une grille en bas de mur associée à une fenêtre de toit, créer « un effet cheminée » qui booste la ventilation naturelle ; Positionner des VMC dans les chambres (et non plus seulement dans les pièces humides).

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest