Dans un communiqué publié ce jour, le Président français Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’accueillir en France la prochaine conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Prévu en 2019, pendant la présidence française du G7, cet événement sera décisif pour le financement du combat mondial contre le sida pour les trois années à venir.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values



« Nous saluons l’annonce du Président Emmanuel Macron. Cette décision que nous avons fortement soutenue fait honneur au rôle historique de la France dans la lutte mondiale contre le sida et les grandes pandémies. L’influence du Président de la République auprès de ses homologues sera particulièrement précieuse pour permettre une hausse des moyens mondiaux à la hauteur des ambitions affichées », explique Aurélien Beaucamp, président de AIDES, membre français de Coalition PLUS.



« Cette décision suscite un immense espoir parmi les communautés affectées par le VIH/sida. L'enjeu est de taille : il s'agit ni plus ni moins de se donner les moyens financiers et politiques de mettre fin au sida et aux grandes pandémies d'ici 2030, conformément aux Objectifs du Développement Durable adoptés par l'ONU. Pour cela, le Président Emmanuel Macron devra veiller à faire entendre la voix des malades et des acteurs communautaires lors de cette conférence », ajoute Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS.



Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été créé à l’initiative de la France au début des années 2000. Son objectif est simple : construire une riposte efficace et globale en mutualisant les contributions financières des Etats riches en faveur de l’accès aux traitements et à la prévention dans les pays en développement (1). La France contribue à hauteur de 360 millions d’euros chaque année (2). La dernière hausse de la contribution française, de 20%, a été décidée par Nicolas Sarkozy en 2010 (3).



Le Fonds mondial finance aujourd’hui environ la moitié des traitements antirétroviraux disponibles dans le monde (11 millions sur 22 millions de personnes sous traitement), et mobilise plus de la moitié des ressources internationales contre la tuberculose et le paludisme. A travers lui, la France et la communauté internationale ont déjà réussi à sauver 22 millions de vies (4). Sa conférence de reconstitution, qui a lieu tous les 3 ans, est donc un événement majeur pour le financement la lutte contre le VIH.



Malgré des progrès considérables réalisés ces 15 dernières années, le combat mondial contre le sida est loin d’être gagné : le virus continue à tuer 1 million de personnes chaque année, et près de la moitié des personnes vivant avec le VIH dans le monde n'ont toujours pas accès à un traitement (5).



(1)   Site du Fonds mondial : https://www.theglobalfund.org/fr/replenishment/

(2)   Site du ministère français des Affaires étrangères : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/sante-securite-alimentaire-nutrition-et-agriculture-durable/sante/le-fonds-mondial-de-lutte-contre-le-sida-la-tuberculose-et-le-paludisme/

(3)   Site des Amis du Fonds mondial Europe : http://www.afmeurope.org/es/2010/09/20/la-france-annonce-une-augmentation-de-20-de-sa-contribution-au-fonds-mondial/

(4)   Site du Fonds mondial : https://www.theglobalfund.org/fr/impact/

(5)   Site de l’ONUSIDA : http://www.unaids.org/fr/resources/fact-sheet



À propos de AIDES



Créée en 1984, AIDES est la première association de lutte contre le sida et les hépatites en France et en Europe. Elle est reconnue d'utilité publique et labellisée "don en confiance" par le Comité de la Charte.
AIDES agit depuis 30 ans avec et auprès des populations les plus vulnérables au VIH/sida et aux hépatites pour réduire les nouvelles contaminations et accompagner les personnes touchées vers le soin et dans la défense de leurs droits. Plus globalement, l'association joue un rôle majeur dans l'amélioration de la prise en compte des malades dans le système de santé en France, l'évolution des droits des personnes vulnérables et la lutte contre les discriminations.

Ses principes : respect, indépendance, confidentialité et non-jugement.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest