Face aux bouleversements engendrés par le numérique, on ne situe plus vraiment la limite d’âge à laquelle nos enfants peuvent ou non disposer de leur propre écran, ni le temps qu’ils peuvent y consacrer. Ariase.com, site web de référence dédié aux opérateurs et aux offres télécoms depuis 2002, apporte son éclairage sur les conséquences des excès d’écrans.  Le spécialiste télécom du groupe BeMove propose ainsi quelques pistes pour aider les parents à accompagner leurs enfants dans ces nouveaux usages.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Les écrans, toujours plus présents au quotidien
Tablettes, smartphones, télévisions, consoles de jeux : les écrans de toutes sortes se multiplient dans les foyers, qui en détenaient 5,5 en moyenne en 2017, selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel.  Omniprésents, ces écrans sollicitent toujours plus l’attention des enfants, adolescents et même des tout-petits. En résultent des utilisations parfois excessives qui peuvent se révéler problématiques, notamment pour les plus jeunes, qui sont aussi les moins avertis.

« Il faut donc redoubler de vigilance, ce qui n’est pas toujours simple puisque les entreprises elles-mêmes n’hésitent pas à se positionner sur ce marché de niche. De plus en plus de fabricant développent ainsi, à destination des très jeunes enfants, des produits spécifiques dont la qualité laisse parfois à désirer » analyse Philippe Trento, le DG d’Ariase.com

L’arrivée massive de ces supports ces 10 dernières années a introduit une nouvelle donne au sein de la cellule familiale. Et il n’est pas toujours facile pour les parents d’en apprécier les conséquences, ni d’imposer à leur enfant un cadre d’utilisation raisonnable. D’autant que les adultes développements parfois eux-mêmes une forte dépendance à ces appareils.

On commence aujourd’hui à observer ce que peut engendrer un usage trop fréquent des écrans chez l’enfant. De nombreux experts s’accordent pour dire qu’une surexposition peut dérégler leur développement. Même si tous ne s’accordent pas sur le degré de nocivité, ils soulignent néanmoins l’impact néfaste sur l’enfant d’un emploi excessif de ces supports.

Surexposition aux écrans : quels risques ?
Les mises en garde émanent des chercheurs, médecins et professionnels de la petite enfance, et concernent tous les âges. Ces spécialistes soulignent notamment l’impact de la surexposition aux écrans sur le développement, les apprentissages et les interactions sociales, en particulier chez les tout-petits.

A tout âge, les conséquences des abus d’écrans sur la santé sont également à mesurer : le manque de sommeil, la sédentarité accrue et la diminution des activités en extérieur sont régulièrement cités comme des facteurs susceptibles de favoriser l’obésité ou encore l’apparition de la myopie.

Enfin, chez les plus grands, plusieurs phénomènes invitent à la vigilance : protection de la vie privée, harcèlement virtuel, ou encore exposition aux fausses informations. Sans oublier l’emprise sans cesse croissante des applications sociales sur le quotidien des ados, via des algorithmes de recommandation et des systèmes de gratification qui peuvent entraîner vers la dépression, et suscitent une véritable hantise de la déconnexion.

L’alerte sur la « dépendance au smartphone » et plus généralement aux activités numériques n’est d’ailleurs plus le seul fait des parents, des enseignants ou des médecins. Depuis peu, d’anciens responsables de géants du web comme Facebook ou Google sensibilisent aussi sur les risques liés à ces services, qu’ils connaissent mieux que personne pour avoir contribué à leur conception.

Encadrer les usages, mais aussi accompagner
Confrontés aux difficultés des parents face à la puissance des écrans, plusieurs spécialistes ont élaboré des règles et des conseils visant à encadrer leur usage au quotidien. On pense par exemple à la règle des 4 PAS proposée par la psychologue Sabine Duflo, qui proscrit les écrans le matin, pendant les repas ou avant de se coucher. De son côté, le psychologue Serge Tisseron a retenu une approche par âge avec la règle 3-6-9-12, qui vise à protéger mais aussi accompagner les enfants dans l’appropriation des usages numériques.

Car l’approche restrictive à elle seule ne suffit pas. Pour problématiques qu’ils soient, ces écrans, et surtout les services qu’ils proposent, n’en sont pas moins durablement installés dans l’environnement de nos enfants. Ils rythmeront à l’avenir leur quotidien, et c’est pourquoi, il convient dès aujourd’hui de les guider vers une utilisation autonome et responsable de ces nouvelles technologies.

Les parents ont donc un rôle crucial à jouer. Auprès des plus jeunes, en veillant à ce que les usages restent limités, adaptés à leur âge et surtout accompagnés. Et, auprès des adolescents, en instaurant des règles d’utilisation, mais aussi des échanges constructifs sur leurs pratiques en ligne. Sans oublier de donner l’exemple, car les adultes scotchés à leur smartphone auront du mal à convaincre leurs enfants d’abandonner leur écran… Pour tous, l’objectif est le même : prendre du recul par rapport à l’hyperconnexion, et retrouver le plaisir de partager d’autres activités en famille !

Excès d’écran chez les enfants et les ados : quels risques, quelles clés pour comprendre, quelles solutions ? Pour aller plus loin sur le sujet, retrouvez tous les dossiers d’Ariase.com.

À propos de BeMove

La création de BeMove est née d’un constat : chaque année 3 millions de personnes déménagent et ce moment de vie du déménagement est vécu comme un moment stressant. BeMove est l’assistant personnel des foyers qui déménagent. En passant par les plateformes web et téléphoniques de BeMove, les particuliers se simplifient le déménagement et ses démarches : ils bénéficient d’un accompagnement gratuit pour trouver la meilleure solution déménagement et pour transférer tous leurs contrats selon leurs besoins, de la résiliation à la souscription : un vrai gain de temps et d’argent. Le déménagement est géré de A à Z en un seul appel. BeMove simplifie aussi les démarches du quotidien pour les particuliers qui ne sont pas en situation de déménagement mais qui recherchent l’optimisation de leur budget sur les postes de dépenses récurrentes : électricité, gaz, Internet, téléphonie mobile, assurances mobiles, habitation et emprunteur. BeMove identifie et sélectionne les meilleurs conditions et tarifs des contrats et abonnements qui collent le mieux aux besoins de chacun. Les services d’aide et d’accompagnement de BeMove sont 100% gratuits.

À propos d’Ariase.com

En ligne depuis octobre 2002, Ariase.com est le site web de référence dédié aux opérateurs et aux offres télécoms. Ariase accompagne les particuliers à la recherche d'un abonnement Internet ou d’un forfait mobile adapté à leur besoin et à leur budget et répond aux questions sur les fournisseurs d'accès, les technologies (ADSL, fibre optique, satellite, 3G/4G), et les meilleures offres tarifaires Internet et mobile.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest