Major Tom comme certains aiment encore à l'appeler est une figure industrielle européenne. Depuis janvier 2011, Thomas Enders exerce en effet la direction exécutive du groupe EADS.



Né le 21 décembre 1958, Tom Enders est un homme d'action. Il intègre ainsi la Bundeswehr, à l'époque l'armée de la République Fédérale Allemande (RFA), en 1977. Ce parachutiste aux plus de 1.000 sauts fut d'ailleurs commandant réserviste. Pendant 5 années, il suit un cursus au sein des Université de Bonn et de Los Angeles (UCLA) dans le domaine des sciences sociales et politiques. Il soutiendra même une thèse de doctorat en 1987, qui lui apportera le titre de Docteur Enders.

Au milieu des années 80, il exerce dans différents instituts tels que la Société Allemande pour la Politique Etrangère ou encore la Fondation Konrad Adenaeur. Il sera même assistant parlementaire au Bundestag -parlement allemand- de 1982 à 1985, et conseiller du Ministre de la Défense allemand, Gerhard Stoltenberg, de 1989 à 1991.

En 1991, il est à un tournant de sa vie et intègre la feu MBB devenue Dasa pour Deutsche Aerospace AG. Ce groupe changera de nom au fil des années pour devenir la Daimler Chrystler Aerospace AG. Thomas Enders y exercera différentes fonctions notamment dans le marketing, puis dans le domaine de la recherche et des technologies.

Le 10 juillet 2000, EADS est créé. Dasa, l'allemande, Aéropostiale Matra, la française, et Casa, l'espagnole, fusionnent pour donner naissance à un géant européen. C'est ce géant que Thomas Enders aura pour mission de coprésider avec Noël Forgeard à partir de juin 2005.

La cohabitation ne va pas forcément de soi. Il est difficile pour un groupe d'avoir deux têtes, de deux pays différents, pour diriger un groupe d'une telle ampleur. En août 2007, la structure de la direction est modifiée et Thomas Enders perd son poste de co-président. Il devient en contrepartie, président du groupe Airbus, avionneur civil, et filiale d'EADS. Mais en janvier 2012, Tom Enders retrouve son ancien fauteuil, mais en solo cette fois-ci. En effet, le 26 janvier 2012, il remplace le président français d'EADS, Louis Gallois, et prend donc en main les destinés de ce géant de l'aéronautique. Fabrice Brégier, le numéro 2 d'Airbus, prend lui les rênes de l'avionneur.