Thierry Magon de La Villehuchet est de ces financiers qui ne sont connus du grand public que pour un évènement particulier. Certains le sont pour avoir fait faillite, d'autres pour avoir conduit une économie à la quasi ruine, Thierry Magon de La Villehuchet est lui connu depuis le 23 décembre 2008. A cette date, il décide de mettre à fin à ses jours au 22ème étage du 509 Madison Avenue, à son bureau de New York. Il est alors président et cofondateur du groupe AIA ou Access International Advisors. Ce fond n'a pas échappé au scandale Madoff et aurait perdu 1,4 milliards de dollars.



Né en 1943 à Saint Malo, Thierry Magon de La Villehuchet s'est très rapidement envolé pour les Etats-Unis après l'obtention de son MBA HEC Promotion 1978. Il y dirige Interfinance, une société de courtage, avant de prendre les rênes du Crédit Lyonnais Securities à New York en 1987. Son carnet d'adresses s'enrichit en même temps que son compte en banque. Durant cette période, il aidera à de nombreuses opérations financières. Ainsi il participe à la création d'Apollo Management ou encore met en relation Jean-François Hénin, le dirigeant d'Altus Finance, filiale du Crédit Lyonnais avec Leon Black. Cette mise en relation se traduira par l'Affaire Executive Life et l'achat d'un portefeuille de junk bonds par le Crédit Lyonnais.

En 2003, il décide de voler de ses propres ailes et crée avec Patrick Littaye, la société de conseils en investissement Access International Advisors. Ce fond gère pour le compte de ses clients plusieurs milliards de dollars. Ces capitaux sont investis en grande partie dans la nébuleuse des fonds Madoff, soit directement, soit indirectement à travers des fonds constitués quasi exclusivement de titres Madoff. Thierry Magon de La Villehuchet est reconnu pour ses grandes qualités de promoteur et ses amis proches lui apporteront les millions qui seront placés dans les fonds Madoff. Ainsi Liliane Bettencourt aurait perdu gros dans l'affaire Madoff à travers les fonds investis au sein d'AIA Group.

Peu avant que l'affaire n'éclate au grand jour, AIA décide de reprendre officiellement la gestion d'une sicav luxembourgeoise créée par UBS, LuxAlpha. Mais cette sicav était, semble t-il, l'outil d'investissement d'UBS dans le fond Madoff. AIA Group ne s'en remettra pas. L'essentiel de la perte est cantonnée au sein de cette sicav, et Thierry Magon de La Villehuchet imagine sa société faire faillite. Lui qui a placé l'essentiel de sa fortune se voit également ruiner par cette affaire, au point que sa femme annule son abonnement au New York Yacht Club la veille de son suicide. Thierry Magon de La Villehuchet fut d'ailleurs l'un des plus grands perdants à titre particulier de l'affaire Madoff.

Le 23 décembre 2008, il décide de se suicider voyant qu'il serait dans l'impossibilité pour lui de rembourser ses clients. Deux années plus tard, un autre suicide lié directement à cette affaire aura lieu. Mark Madoff, fils de Bernard Madoff se donne la mort en décembre 2010. Ses parents, Bernard et Ruth Madoff avaient eux tenté de se suicider au moment de l'éclatement du scandale.