Après la politique, la famille Kosciusko-Morizet se fait également connaître depuis quelques années dans les métiers du commerce électronique. Pierre et Nathalie, frère et sœur, se distinguent depuis le début des années 2000. Nathalie fut que Secrétaire d'Etat à l'économie numérique du gouvernement Fillon et actuelle porte parole du candidat Nicolas Sarkozy, alors que son frère cadet, Pierre, dirige l'un des sites les plus visités de France, Price Minister.



Né le 17 avril 1977, Pierre Kosciusko-Morizet est issu d'une famille politique polonaise réputée. Mais Pierre se passionne davantage pour le commerce. Ses cours à HEC le pousse, dans le cadre d'un projet de création d'entreprises, à créer réellement sa société. Visualis SA naît, alors même que Pierre Kosciusko-Morizet est encore étudiant. Spécialisé dans un système de comptage de personnes dans la grande distribution par des caméras numériques, Visualis SA ne fête pas son premier anniversaire. Suite à des problèmes avec son unique fournisseur, la société est contrainte au dépôt de bilan à l'été 99. Pierre Kosciusko-Morizet vient de finir ses études à HEC depuis deux mois et sa société fait déjà faillite. Son aventure le poussera à diversifier le nombre de ses fournisseurs dans l'avenir.

Toutefois il n'est pas homme à abdiquer et part aux Etats-Unis. Suite à des entretiens réussis en 1998 avec Capital One, le groupe accepte de l'embaucher un an après. La société est spécialisée dans la distribution de crédits à la consommation par Internet. Pierre Kosciusko-Morizet est fasciné par cette entreprise qui a su passer de 200 à 17.000 salariés en seulement 5 années. Il s'expatrie donc aux Etats-Unis.

A l'époque, Internet fait déjà parti de la culture américaine et du quotidien des américains. A l'époque, un site spécialisé dans le mise en relation d'acheteurs et de vendeurs voit le jour : Half.com. Pierre Kosciusko-Morizet est fasciné par ce principe. Il décide de travailler la nuit sur son projet tout en continuant à être salarié par Capital One. A l'été 2000, il se sent prêt. Donne un préavis de deux semaines à Capital One, et repart en France.

Reparti précipitamment, il devra même dormir plusieurs jours chez sa sœur. En août 2000, il met en place avec ses associés le business plan qu'ils essaieront de vendre aux business angels. Une partie de ceux qui lui avaient fait confiance pour Visualis SA décident de le suivre dans cette nouvelle aventure, et fin septembre 700.000 euros sont récoltés auprès de 40 business angels. Une opération menée de main de maître. En janvier 2001, le site PriceMinister.com est lancé.

Les premiers pas sont difficiles. Le chiffre d'affaires ne suffit logiquement pas à payer les salaires des 15 employés. Les 5 fondateurs eux ne se rémunèrent pas. Dans ce type de sites, une masse critique d'annonces de vendeurs est nécessaire pour lancer la machine. Les annonces attirent les acheteurs qui eux mêmes peuvent devenir des vendeurs. Sans un minimum d'annonces, le site ne peut pas tourner. Une deuxième levée de fonds sera d'ailleurs organisée. Quelques mois plus tôt, en juin 2001, le chiffre d'affaires décolle enfin, avec le succès que l'on connaît aujourd'hui. Il était temps. A l'époque, l'entreprise ne paye plus son loyer depuis trois mois et il est de plus en plus difficile de verser les salaires.

Price Minister a depuis racheté de nombreux sites Internet avec l'objectif de leur faire profiter du trafic de PriceMinister.com Mais en juin 2010, Pierre Kosciusko-Morizet décide de céder le contrôle de la société à Rakuten, un spécialiste japonais du secteur, pour 200 millions d'euros. Il conserve toutefois la présidence de l'entreprise.

De 2008 à 2011, Pierre Kosciusko-Morizet fut aussi le président de l'Association Française pour le Commerce et les Services En Ligne (Acsel). Il en est aujourd'hui le président d'honneur. Sa toute nouvelle fortune lui permette d'investir via son fonds d'investissement à plusieurs projets numériques.