Les négociations syndicales sur le temps de travail ont mis sur le devant de la scène Maryse Dumas. Très connue dans le monde syndicaliste, elle l'était encore peu par le grand public.



En 1953, le 8 mai devient jour férié, et cette même année, Maryse Dumas le 25 avril naît dans le Sud-Ouest. Elle suit des cours de sciences économiques à Paris et se découvre une âme de syndicaliste. Elle adhère tout naturellement au syndicat auquel elle se sent le plus proche : UNEF Renouveau. Elle y montera les échelons et en 1974 sera nommée au sein du bureau national.

En 1974, grâce à sa licence obtenue, Maryse Dumas passe le concours des inspecteurs des PTT et intègre ce prestigieux organisme. Les PTT ont alors le monopole des télécommunications et et de la distribution de courriers.

Elle poursuit sa carrière syndicale mais cette fois-ci au sein de PTT-CGT. Elle y franchit les échelons un par un. D'abord élue au secrétariat générale de la Fédération Nationale des travailleurs en janvier 1979, elle en devient Secrétaire Générale Adjointe en 1982.

Six ans plus tard, elle se fait remarquer dans ce monde masculin en devenant la première femme à devenir Secrétaire Générale de la PTT-CGT, lors du 27ème congrès. Poste qu'elle abandonnera en mai 1998.

Le bureau confédéral de la CGT l'accueille dès 1995, puis en 2006, elle sera réélue. Elle est en effet Secrétaire confédérale de la CGT spécifiquement chargée des relations avec les autres syndicats mais aussi des négociations salariales et de la durée du temps de travail. Elle est tout logiquement considérée comme le n° 2 de la CGT.

Mais en 2009, elle prend du recul avec ses fonctions au seins du bureau confédéral. Elle quitte le bureau en décembre 2009, et intègre le Conseil économique, social et environnemental (Conseil Economique et Social) dans le groupe CGT en Novembre 2010. Les rôles du CESE sont nombreux, dont celui de conseiller le gouvernement ou encore de favoriser le dialogue entre le patronat, les salariés et les autres organismes.