La vie médiatique de Marcel Frydman est intimement liée à celle du groupe de parfumeries Marionnaud. Et pourtant. Et pourtant Marcel Frydman ne s'est lancé dans la parfumerie que la cinquantaine passée. Né le 15 octobre 1931, l'autodidacte, Marcel Frydman achète sa première boutique de parfums en 1985 pour la somme de 100.000 francs.



Dix années plus tard, Marcel Frydman se lance dans la course au gigantisme. En 1996, il rachète le groupe de Bernard Marionnaud et ses 48 boutiques. Bernard Marionnaud dirige un groupe deux foix plus gros que celui de Marcel Frydman mais déficitaire. La marque Marionnaud est alors étendue à toutes les boutiques du nouveau groupe. Les rachats s'enchaînent. Kleber, Votre beauté, Silver Moon, Patchouli, Marie Bernard et Annabelle de 1998 à 2000. Ces rachats propulsent Marcel Frydman à la tête d'un petit empire, concurrencé alors par l'enseigne Sephora. Mais autant le nombre de boutiques s'envolent, autant les bénéfices ne décollent pas.

Et en 2005, c'est la stupeur. Le groupe chinois AS Watson, filiale de Hutchinson Wampo, dirigé par le milliardaire Li Ka-Shing, lance une opa contre le groupe Marionnaud, coté en bourse. AS Watson s'empare du groupe mais affirme vouloir conserver Marcel Frydman comme conseiller. Il sera finalement débarqué avec un communiqué plus que clair : "AS Watson a décidé de doter la direction de l'entreprise de professionnels aux expertises complémentaires afin de répondre à un besoin urgent d'amélioration de la performance de la société et de sa situation financière". Marcel Frydman part alors avec un joli chèque mais il est rattrapé rapidement par la justice.

En 2007, il est condamné pour avoir revendu... des flacons testeurs. En 2008, il est condamné pour avoir "donné un coup de pouce aux comptes", et en 2009, il est condamné pour délit d'initié.

Actualités liées