Né le 26 janvier 1944 à Montauban, Louis Gallois est ce que l'on appelle un haut fonctionnaire. Après l'obtention de son diplôme à HEC en 1966, il rejoint l'Ecole Nationale de l'Administration et en sort en 1972, Promotion Charles de Gaulle. Tout naturellement il rentre au sein de la Direction du Trésor et occupera différents postes dans les salon feutrés de la République. Directeur du Trésor, puis Directeur de Cabinet en 1981, sous Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Recherche et de la Technologie. Louis Gallois est apprécié autant à gauche qu'à droite.



Ses compétences dans le domaine industriel le poussent à la tête de la SNECMA le 5 juillet 1989, puis de l'Aérospatiale en juin 1992. Louis Gallois obtient ses galons de négociateur à la tête de la SNCF. De juillet 1996 à juin 2006, il sera chargé de nombreuses réformes au sein de l'entreprise nationale. Le 1er janvier 1997, la SNCF transfère la propriété de son réseau ferré à Réseau Ferré de France, et une grande partie de sa dette. Ce transfert était dicté par l'ouverture future à la concurrence. Au total, Louis Gallois s'est installé dix années à la SNCF, alors que les dirigeants ne cessaient de se suivre par le passé.

Les déboires d'EADS et d'Airbus poussent les autorités à rechercher de nouveaux dirigeants et Louis Gallois est tout logiquement appelé. Le 2 juillet 2006, il est nommé co-président d'EADS, puis président d'Airbus le 9 octobre 2006. L'abandon du caractère bicéphal de la direction d'EADS le propulse seul aux commandes du géant de l'aviation le 16 juillet 2007. Il est aujourd'hui président d'EADS, jusqu'au 31 mai 2012, date de fin de son mandat. Il a notamment permis de pacifier les relations entre les gouvernements allemands et français dans la gestion d'EADS. Ce géant de l'aéronautique est en effet installé sur deux pays, l'Allemagne et la France. Et les obligations de coopérations binationales ont provoqué parfois de lourds retards dans le développement de projets, mais ont créé également des tensions.

Ces différents postes lui ont permis d'obtenir les médailles de Chevalier de l’Ordre national du Mérite et de Chevalier de la Légion d'honneur.

Combien Louis Gallois gagne t-il par an ?