Kenneth Lay n'est autre que l'ancien président d'Enron, symbole de l'un des plus grands scandales financiers du siècle naissant. La faillite du groupe Enron a provoqué une grave crise de confiance des marchés financiers ainsi qu'une profonde remise à plat des structures d'audit dans le monde.



Né le 15 avril 1942 à Tyrone dans le Missouri aux Etats-Unis, Kenneth Lay est né d'une famille pauvre dont le père était pasteur. Après être sorti de l'Université du Missouri en 1965, il dirige alors sa carrière vers le secteur des matières premières. Il intègre ainsi Humble Oil, qui deviendra plus tard Exxon où il y exerce en tant qu'économiste. De 1967 à 1971, il rentrera au service de sa nation en rejoignant la marine américaine -le pays est alors en pleine guerre du Vietnam-, puis il deviendra l'assistant de Pinkney Walker, membre de la Commission fédérale de régulation de l'énergie. Son carnet d'adresses grossit rapidement, et l'énergie semble être sa destinée.

En 1981, Kenneth Lay revient dans son fief du Texas. Il prendra les rênes de Houston Natural Gas, qu'il fera fusionner avec InterNorth d'Omaha pour créer Enron. Au fil des années, il transformera Enron en une formidable entreprise. Enron deviendra le 1er courtier d'énergie dans le monde avec un chiffre d'affaires de 139 milliards de dollars. Son développement dans les produits dérivés a été plus que rentable. Kenneth Lay est alors reconnu par ses pères. Il financera les différentes campagnes politiques de George W. Bush. D'abord comme candidat au poste de gouverneur du Texas, puis pour l'élection présidentielle des Etats-Unis. Il hésitera même à se lancer dans la course à la mairie de New York.

Au début de l'année 2001, il se retire de son poste de PDG d'Enron, mais conserve la présidence du conseil d'administration. Kenneth Lay est alors remplacé par Jeffrey Skilling. Mais ce dernier abandonne son poste pour raisons personnelles dès août 2001. Kenneth Lay reprend donc les rênes du groupe.

Mais la belle histoire semble s'arrêter là. Le 31 octobre 2001, contre toutes attentes, la SEC, équivalent de l'Autorité des Marchés Financiers aux Etats-Unis, ouvre une enquête sur le groupe Enron. La nouvelle étonne mais le titre en bourse chutait déjà depuis plusieurs mois. Cette enquête se traduira par la faillite du groupe dès le 2 décembre 2001, laissant plus de 5.000 salariés sans emploi ni retraite.

Durant des années, le groupe Enron a en effet dissimulé ses pertes en multipliant les sociétés offshore. Plus de 3.000 sociétés offshore ont été créées pour masquer les pertes, mais aussi créer des bénéfices. Le cours de l'action s'est envolé durant la période. Kenneth Lay en a d'ailleurs profité pour céder pour plus de 300 millions de dollars d'actions de 1989 à 2001, en accélérant ses ventes entre septembre et octobre 2001. Ce scandale a provoqué également la chute d'un spécialiste de l'audit, Arthur Andersen, qui avait certifié les comptes chaque année. Le marché ne croit plus aux bilans comptables sous prétexte qu'ils sont certifiés. Une grave crise de confiance des marchés traverse la planète finance.

Inculpé le 7 juillet 2004 par le gouvernement américain, le procès Enron débute le 30 janvier 2006 à Houston. Jugé en avril avec Jeffrey Skilling, il sera reconnu coupable le 25 mai 2006 mais ne connaîtra jamais sa condamnation définitive attendue le 23 octobre 2006. En effet, Kenneth Lay décédera le 5 juillet 2006 à Aspen dans le Colorado. Son décès a été l'objet de polémiques mais la crise cardiaque a bien été confirmée. Jeffrey Skilling a lui été condamné à 24 ans et 4 mois.

La faillite d'Enron a eu également un impact fort parmi les salariés du groupe. Ces derniers ont perdu tout à la fois leur salaire, et leur épargne. Beaucoup avaient décidé d'investir leurs économies en achetant des actions Enron ou encore en investissant dans le fond d'épargne d'Enron.