Jean-Pierre Jouyet est l'homme de réseaux par excellence. Il s'est construit dans les coulisses du pouvoir jusqu'à occuper aujourd'hui la place recherchée de directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, un organisme puissant prenant des participations dans de nombreuses entreprises en suivant fréquemment les directives de l'Etat.



Né le 13 février 1954 à Montreuil Sous Bois, en Seine Saint Denis, ce fils de notaire rêvait tout jeune de devenir préfet. Naturellement il se dirige vers des études politiques et administratives. Jean-Pierre cumule les diplômes. Un DEA de droit public, un diplôme de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (IEP), et le summum, l'ENA. Jean-Pierre Jouyet sera en effet élève et diplômé de l'Ecole Nationale d'Administration, Promotion Voltaire, en 1980. Belle promotion que celle de 1980. Il y côtoiera notamment Ségolène Royal, François Hollande, Michel Sapin ou encore Dominique de Villepin.

Durant toute sa carrière, débutée en 1980 dans l'Inspection des Finances, Jean-Pierre Jouyet ne cesse de tisser son réseau. Directeur d'études à l'IEP de 1981 à 1988, il rejoindra Roger Fauroux, alors ministre de l'Industrie et de l'Aménagement du Territoire. Jean-Pierre Jouyet devient son directeur de cabinet. En 1991, Jacques Delors alors président de la Commission Européenne, l'appellera comme directeur adjoint puis directeur de cabinet. Il y restera jusqu'en 1995. L'élection de Jacques Chirac le fera partir momentanément des cabinets feutrés. Jean-Pierre Jouyet rejoint alors le cabinet Jeantet & Associés, en tant qu'avocat associé.

Mais dissolution de l'Assemblée Nationale oblige, Jean-Pierre Jouyet revient sur le devant de la scène. Lionel Jospin, alors premier ministre lui confie la fonction de directeur adjoint de son cabinet jusqu'en 2000, avant de devenir Directeur du Trésor. Ses compétences sont désormais autant reconnues par la gauche que par la droite. Ambassadeur chargé des questions économiques internationales en 2004, président de Barclays Bank France en 2005, chef de service de l'Inspection Générale des Finances de novembre 2005 à 2007.. autant de missions et de postes qui amèneront le gouvernement de François Fillon à le nommer Secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes auprès de Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères et Européennes. Au second semestre 2008, la France préside l'Union Européenne. Son poste prend alors toute mesure.

Le 14 novembre 2008, Nicolas Sarkozy alors président de la République française, annonce que Jean-Pierre Jouyet est amené à remplacer Michel Prada, actuel président de l'Autorité des Marchés Financiers. C'est chose faite le 15 décembre 2008. Jean Pierre Jouyet devient président de l'AMF, véritable institution dans le monde de la finance, pour une durée non renouvelable de 5 ans. L'AMF a notamment pour métier de protéger l'épargne des investisseurs.

Mais l'élection de François Hollande en tant que président de la République française change la donne. Jean-Pierre Jouyet est en effet un ami personnel de François Hollande depuis qu'ils ont partagé les mêmes bancs à l'Ecole Normale d'Administration. Jean-Pierre Jouyet quitte ses fonctions à la tête de l'AMF pour devenir directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations. Il est nommé le 19 juillet 2012, et prend alors les rênes du CDC, le bras armé de l'Etat.