Carl-Henric Svanberg n'est pas le dirigeant qui fait toute sa carrière au sein d'une même entreprise. Carl-Henric Svanberg aime changer et son parcours professionnel le prouve. Après un master en Sciences de l'institut suédois de technologie à l'université de Linköping, il intègre en 1977, Asea Brown Boveri, plus connu sous le nom d'ABB et spécialisé dans les biens d'équipements.



Moins de dix années plus tard, Carl-Henric Svanberg quitte le groupe ABB en 1985 pour se diriger vers le marché de la sécurité avec Securitas. En 1990, il sera nommé premier vice-président exécutif avant de partir en 1994. Il reste toutefois dans son domaine de prédilection, la sécurité, avec son entrée au sein Assa Abloy Group, une société de sécurité. Il en sera président jusqu'en 2003.

Carl-Henric Svanberg fait alors un bond dans sa carrière en intégrant lé géant des télécoms, Ericsson qu'il présidera jusqu'à fin 2009. Ses talents au sein du groupe suédois vont pousser le conseil d'administration de British Petroleum à le placer à la tête du conseil dès le 1er janvier 2010, en remplacement de Peter Sutherland. Démissionnaire d'Ericsson, il prend alors les rênes de BP. Cette annonce fut faite le 25 juin 2009, et permis ainsi à Carl-Henric Svanberg de préparer son départ de la tête d'Ericsson. Après les biens d'équipements, la sécurité, et la téléphonie mobile, Carl-Henric Svanberg est désormais un spécialiste du pétrole.

Sa présidence fut notamment assombrie par la catastrophe de Deepwater Horizon. En effet, le 20 avril 2010, une plateforme pétrolière de la compagnie BP explose au large des Etats-Unis. Deux jours plus tard, elle coule mais continue de déverser du pétrole à raison de plusieurs milliers de barils par jour. Le trou fut finalement bouché le 4 août 2010 selon BP.