Bernard Arnault est l'homme le plus riche de France, et figure dans le Top 5 mondial. Certes il a bénéficié de l'entreprise familiale à ses débuts, mais rapidement il a su se constituer son propre empire, LVMH. Ce groupe est aujourd'hui la première société dédiée au luxe dans le monde.



Né à Roubaix le 5 mars 1949, Bernard Arnault a longtemps hésité entre une carrière dans les affaires, et une carrière musicale. En effet, ses talents au piano n'étaient plus à démontrer à l'âge de 15 ans. Au final, il décidera de se tourner vers l'Ecole Polytechnique. Au point qu'il refusera l'Ecole des Mines car il n'avait pu obtenir le précieux sésame pour l'X. Il redoublera sa classe préparatoire pour repasser l'examen qu'il n'avait pu passer suite à un accident. Il sortira finalement diplômé de l'Ecole Polytechnique, promotion 1969.

Jean Arnault, le père de Bernard, est un industriel réputé. Il dirige l'entreprise de BTP, Ferret-Savinel. Mais Bernard Arnault souhaite profondément remanier le groupe. Ainsi, il convainc son père de transformer la société en un spécialiste de la promotion immobilière pour les vacanciers. Devenu Ferinel, la société se fait connaître avec son slogan "Ferinal, propriétaire à la Mer". Il évolue rapidement au sein de l'entreprise familiale. D'abord ingénieur, il deviendra Directeur chargé de la construction en 1974, puis directeur général en 1977 et enfin président dès 1978. Mais l'arrivée des socialistes au pouvoir en 1981 le pousse à partir pour les Etats-Unis. Bernard Arnault quitte alors la France et crée une filiale de Férinel aux Etats-Unis. Mais il n'obtient pas les résultats attendus et revient en France en 1984.

Sa deuxième carrière prend alors forme. Un géant du textile du Nord de la France a fait faillite en 1978. Six années plus tard, le groupe a bien été repris mais la société est toujours en déconfiture financière et un repreneur est cherché activement. Bernard Arnault semble être ce repreneur tant attendu. Moyennant la promesse de licenciements Zéro, il obtient l'aval de Pierre Mauroy -maire de Lille-, des subventions de Laurent Fabius -ministre de l'Economie et des Finances-, et des fonds de la Banque Lazard. Il prend ainsi le contrôle d'une société ayant des marques aussi prestigieuses que Christian Dior, le Bon Marché, Conforama ou encore Peaudouce. Bernard Arnault restructure très profondément l'entreprise. Il conserve les marques Christian Dior qui deviendra sa marque phare, ainsi que le Bon Marché mais cède toutes les anciennes activités textiles. Il démantèle le groupe Boussac malgré ses promesses avec de nombreux licenciements à la clé. La Communauté Economique Européenne demande même le remboursement des aides perçues. Mais Bernard Arnault a réussi son pari : refonder un groupe autour de marques prestigieuses.

Le 3 juin 1987, deux groupes décident de fusionner. Louis Vuitton, un spécialiste de la maroquinerie de luxe, et Moët Hennesy, spécialisée dans le champagne. Bernard Arnault disposant de liquidités décide d'acquérir une ligne de titres LVMH. Il prend ainsi pied dans ce qui deviendra le plus grand groupe de luxe dans le monde. Mais la fusion est un semi échec. Les dirigeants des deux entreprises ne s'entendent pas, et de nouveaux actionnaires sont attendus. Bernard Arnault décide de se proposer et il achète alors 25% du capital de LVMH. Mais les dissensions persistent entre le président de Vuitton et le président de Moët Hennessy. Bernard Arnault ne souhaite pas voir sa participation se volatiliser en luttes internes, et décide de lancer une OPA sur le groupe LVMH en 1988. Après cette OPA réussie mais critiquée, il devient le nouveau président du directoire du groupe le 13 janvier 1989. Il récupère ainsi l'un des portefeuilles de marques prestigieuses les plus étoffés en Europe avec des noms comme Cognac Hennessy, Givenchy, Krug ou encore Kenzo et Guerlain. Les deux décennies suivantes ne seront qu'une succession de rachats, d'acquisitions et de créations de marque. L'empire LVMH se constitue au fil des années pour devenir aujourd'hui le premier acteur du luxe dans le monde.

Bernard Arnault a développé son groupe sous la forme d'un holding en cascade et ce afin de conserver le contrôle malgré la très forte augmentation de la capitalisation boursière du groupe. Plus la valorisation d'une société est importante, plus il est difficile à un seul homme de la contrôler. La holding de cascades est une bonne façon de garder le contrôle. Ainsi Bernard Arnault détient la majorité du contrôle d'une société qui détient la majorité d'une autre société, etc. qui détient la plus grande participation dans le groupe LVMH. Ainsi Bernard Arnault peut conserver le contrôle sans détenir la majorité du capital.

Mécène dans les Arts, Bernard Arnault fait construire un musée Louis Vuitton près du Bois de Boulogne. Il a été nommé Grand Officier de la Légion d'Honneur, et Commandeur des Arts et des Lettres.

Combien Bernard Arnault gagne t-il par an ?