Plus doué pour l'organisation que pour les finances, André Citroën a profondément révolutionné le monde de l'automobile en France et en Europe.



Né le 5 février 1878 à Paris, André Citroën est issu d'une famille juive exilée. Son père, Lévie Citroen, est un diamantaire néerlandais. Sa mère, Macha Kleinan est d'origine polonaise. Mais alors qu'il n'a que 5 ans, son père se suicide et sa mère devra diriger la société de diamants de feu son père. Le 1er octobre 1885 alors qu'il intègre le lycée Condorcet de Paris, il voit son nom affublé d'un tréma et devient André Citroën. Ce tréma lui restera. Il se plongera dans la littérature et plus particulièrement Jules Vernes et ses histoires. L'Exposition Universelle de 1889 le poussera un peu plus vers cet univers de création. La construction de la Tour Eiffel dès 1887 l'orientera vers des études d'ingénieurs. Le monument inventé par Gustave Eiffel est alors un symbole des capacités d'ingénieries françaises.

Ce sera chose faite juste avant le changement de siècle. André Citroën rentre à Polytechnique en 1898 avant d'en sortir diplômé en 1900. Cette même année, il part en Pologne pour un voyage en famille. Un membre de la famille y dirige une usine utilisant un procédé moderne de taille d'"engrenages à double chevrons aux dents taillées en V" en bois. Sous ce nom barbare se cache un procédé révolutionnaire, et un symbole qui deviendra une marque. -Rappelez vous du logo de la marque Citroën- Il adoptera ce procédé à l'acier avec succès, et en déposera le brevet. Il créera à son retour de France, "Citroën, Hinstin et Cie" avec Jacques et Paul Hinstin afin de commercialiser ce procédé. André Citroën investit en réalité son héritage dans la société "Jacques et Paul Hinstin" qui commercialise des engrenages. Tout naturellement la société change de nom.

En 1906, il est nommé administrateur directeur général des Automobiles Mors. Cette société est célèbre pour ses records de vitesse. Alors que l'entreprise est en grave difficulté financière, il parvient à doubler la production en dix ans grâce notamment à une meilleure écoute des clients et une meilleure organisation. En 1912, devant le succès de "Citroën, Hinstin et Cie", les bureaux déménagent au 31 quai de Grenelle à Paris et l'entreprise devient la "Société Anonyme des Engrenages Citroën". Le logo de cette marque n'est autre qu'un double V, symbole de ce procédé unique découvert en Pologne.

Mais la première guerre mondiale l'éloigne des usines Mors. Le 27 mai 1914, peu de temps avant l'entrée en guerre de la France contre l'Allemagne, il se marie avec Georgina Bingen, alors fille d'un banquier. D'abord lieutenant, il deviendra capitaine dans le 2ème régiment d'artillerie lourde de la 4ème armée. Il découvre les problèmes de ravitaillement de l'armée notamment concernant les obus. André Citroën propose alors son expertise et la possibilité pour l'armée d'acheter de 5.000 à 10.000 obus par jour. Une usine d'armement voit donc le jour sur le quai de Javel. Il y produira 24 millions d'obus à raison de 10.000 obus par jour. A l'époque, la guerre se gagnait aussi sur la capacité industrielle des pays concernés. Son expertise sera aussi des plus utiles dans la distribution des cartes de pain en région parisienne en 1918. Cette pénurie alimentaire, expliquée par la guerre, a perduré jusqu'en 1921 pour des denrées telles que le sucre.

En 1918, la première guerre mondiale prend fin. André Citroën décide alors de reconvertir son usine du Quai de Javel en usine d'automobiles. Il acquiert les Automobiles Mors et produit rapidement la première voiture d'Europe construite en série, la Citroën Type A. Développée par Jules Salomon, son prix de vente est de 7.950 francs, bien inférieur au prix du marché. La construction en série lui permet d'afficher de tels tarifs. La Torpedo 10 HP Citroën Type A fut produite de 1919 à 1921 à 24.093 exemplaires.

André Citroën se fait rapidement connaître du grand public. La croisière Jaune en Asie, ou encore au Sahara accroissent la notoriété de Citroën. André Citroën souhaite mettre en avant les qualités de résistances de ses véhicules. Les innovations se multiplient mais les ennuis aussi. André Citroën est plus un expansionniste qu'un comptable. Le groupe croule sous un très lourd endettement. Le succès de la Traction Avant en 1934 n'inverse pas le phénomène. Le 21 décembre de la même année, la société est mise en liquidation judiciaire et le groupe Michelin est désigné pour réorganiser Citroën. Le groupe Michelin est en effet le principal créancier de la société à l'époque. Il n'est pas rare que le premier fournisseur d'un groupe en devienne le premier actionnaire en cas de réorganisation de l'actionnariat. Si le fournisseur ne souhaite pas perdre son principal client, et ses créances, il est parfois préférable de le renflouer. Dès 1935, André Citroën vend ses parts et est remplacé par Pierre Michelin en juillet à la tête des usines Citroën. Le 3 juillet 1935, après avoir perdu le contrôle de la société qu'il a fondé, il décède d'un cancer de l'estomac.

L'ancien emplacement des usines Citroën au Quai Javel a été rebaptisé du nom d'André, et est devenu le parc André Citroën.