Alain Duménil est de ses hommes d'affaires qui se sont fait connaître par des opérations parfois mal perçues médiatiquement. Il a multiplié les rachats d'entreprise en difficulté, ce qui lui a apporté une partie de sa fortune mais aussi une presse défavorable.



Dès sa sortie d'HEC en 1975, Alain Dumenil prend les rênes de l'entreprise familiale contraint par la mort de son père. Il réalisera sans doute l'une des plus belles ventes de sa carrière en cédant sa société Duménil Leblé à Cerus, filiale du groupe de Carlo de Benedetti, après l'avoir introduit en bourse, et ce, juste avant le krach d'octobre 1987 et l'effondrement des marchés.

Sa carrière est parsemée de ventes et d'acquisitions avec plus ou moins de succès, dans de multiples secteurs d'activités. Le luxe, l'immobilier, l'aviation, ou encore la presse. Alain Duménil est connu. Très connu dans le milieu des affaires. Son nom apparaît ainsi dans des dossiers comme Jean-Louis Scherrer, Francesco Smalto, Stephane Kélian, Air Littoral, ou encore l'Agefi. Alain Dumenil a repris en effet en 2009 une grande part du capital de la maison mère qui contrôle le journal financier, l'Agefi.

Mais d'autres aventures se déroulent moins bien. Ainsi le rachat du château d'Alincourt aux enchères, s'est traduit par un bras de fer avec les locataires des terrains qui vivaient dans des mobilhomes. Le DAL ou Droit Au Logement se sont alors violemment opposé à ces expulsions. Plus récemment, Alain Dumenil a été condamné pour banqueroute suite au démantèlement de Stéphane Kélian en 2005.

Alain Dumenil est aujourd'hui président et principal actionnaire d'Acanthe Développement, une société immobilière de portefeuilles.