Son nom était loin de marquer les esprits mais il a vu après sa mort ses idées libérales s'étendre sur toute l'Europe. Né le 5 juin 1723 à Kirkcaldy en Ecosse, les premiers pas d'Adam Smith sont très douloureux. Son père décède seulement deux mois après sa naissance, et alors qu'il n'a que 4 ans, il est enlevé par des bohémiens. Ces derniers le relâcheront et l'abandonneront sur le bord d'une route. A cela, rajoutez une maladie nerveuse qui le fait fréquemment hocher la tête et l'empêche d'avoir une bonne diction, et vous comprendrez pourquoi Adam Smith était un être à part.



Très doué pour les études, il quitte le cocon familial pour étudier à Glasgow de 1737 à 1740, à 14 ans. Cette période sera marquée par sa découverte de Francis Hutcheson, un de ses professeurs -Ce professeur de philosophie morale a notamment écrit le livre Système de philosophie morale en 1755- Il sera très marqué par ses écrits. Une bourse en poche, il part étudier à l'Université de Oxford. Mais la prestigieuse université que nous connaissons aujourd'hui n'a pas le même éclat à l'époque. Il manque d'ailleurs de se faire renvoyer pour la lecture d'un ouvrage du philosophe David Hume, qui deviendra plus tard un de ses amis. David Hume influença bons nombres de philosophes dont Emmanuel Kant. Il fut l'un des pères de l'empirisme moderne.

Adam Smith se forme au gré de ses lectures et voue une véritable passion à la philosophie. En 1751, il obtient la chaire de logique de l'Université de Glasgow puis celle tant désirée de chaire de philosophie morale quelques années plus tard. Cette même chaire avait été dirigée par son ancien professeur, Francis Hutchinson. Iconoclaste par ses idées et sa façon d'être, sa notoriété franchit les frontières en 1759. A l'époque, il publie la Théorie des sentiments moraux qui cherche à comprendre comment un individu égoïste peut prendre des décisions à portée collective dans certaines situations.

En 1764, Adam Smith est chargé de tutorer le fils de l'épouse en deuxième noce de Charles Townshend, homme d'Etat anglais. Adam Smith traverse donc l'Europe, et notamment la France, suivant en cela son élève. Il y fait de nombreuses rencontres telles que Voltaire ou François Quesnay, fondateur de l'école de Physiocratie. La rencontre avec cet homme qui met en avant l'ordre naturel dans l'économie, l'aidera à poursuivre son ouvrage commencé quelques mois plus tôt. En effet, Adam Smith s'attelle à un ouvrage économique, semble t-il bien loin de ses préoccupations de philosophie morale.

Le séjour en Europe est écourté en 1766 suite au meurtre du frère de son élève à Paris. Rentré à Kirkcaldy, en Ecosse, Adam Smith poursuit l'écriture de son ouvrage économique. Dix ans de travail lui seront nécessaires pour rédiger "An inquiry into the nature and the causes of the wealth of nations", ou la Richesse des Nations. Ce livre fera de lui, après sa mort, le père du libéralisme économique. Qualifié de "classique" par Karl Marx, son ouvrage reprend certaines de ses thèses philosophiques. Le concept de Main invisible est inventé et désigne l'existence d'un équilibre naturel du marché économique malgré la non convergence des intérets individuels. Il critiquera vertement le colonialisme et l'esclavagisme mais en s'appuyant sur des éléments économiques. Pour lui, un homme libre qui travaille volontairement pour la réalisation d'un bien coûte en réalité moins cher qu'un esclave dont on pense que son coût se limite à l'hébergement et la nourriture.

Adam Smith décédera le 17 juillet 1790 en tant que retraité Commissaire aux Douanes. Plus connu de son vivant pour ses travaux philosophiques, ses théories économiques ne seront réellement appréciées ou critiquées qu'après.