Recapitaliser

Téléchargez gratuitement
le Lexique complet

Le passif d'une entreprise est constitué, pour simplifier, de capitaux propres et de dettes. En cas de fortes pertes, ces dernières sont directement imputées sur les capitaux propres de l'entreprise. Ainsi une acquisition mal maîtrisée pourrait se traduire à terme par une fonte massive des capitaux propres. Or ces derniers sont indispensables à la survie de l'entreprise. La loi oblige même l'entreprise à disposer de capitaux propres suffisants pour survivre. Ces capitaux propres sont une garantie pour les partenaires de l'entreprise, qu'ils s'agissent des fournisseurs ou encore des créanciers. Pour compenser cette fonte, l'entreprise peut tenter de réduire la voilure en cédant des actifs, liquidant des dettes... bref en devenant plus petite. Mais la plupart des entreprises privilégient une recapitalisation.

La direction choisit en effet couramment de recapitaliser l'entreprise, afin de compenser tout ou partie des pertes financières. Pour se faire, elle procède à une augmentation de capital. Cette dernière peut être réservée aux seuls actionnaires, ouverte aux salariés ou au grand public. Toutes les possibilités classiques de l'augmentation de capital sont offertes aux dirigeants lors d'une recapitalisation. L'objectif est de recapitaliser l'entreprise, et non de fixer un formalisme précis. L'un des exemples les plus flagrants de ces dernières années, fut sans doute la recapitalisation du groupe Société Générale suite aux fortes pertes générées par les prises de positions excessives de l'un des traders de la banque, Jérôme Kerviel.

La recapitalisation est une opération relativement simple mais dont la perception par les actionnaires dépend grandement du contexte de l'opération. Si la recapitalisation est une condition sine qua non à la survie de l'entreprise, plus celle-ci sera faite rapidement, plus elle sera appréciée. Au contraire, une recapitalisation bâclée, non absolument nécessaire, et qui dilue fortement la part de chaque actionnaire, sera mal perçue. La dilution est une donnée importante dans la perception des actionnaires d'une opération de recapitalisation. En effet, lors d'une augmentation de capital, les actionnaires historiques peuvent ne pas être en mesure de participer à l'opération. Le nombre d'actions émises allant en augmentant, les anciens actionnaires se retrouveront avec une part du contrôle du capital plus faible qu'avant l'opération. Une trop forte dilution peut ainsi bloquer toute l'opération car les actionnaires refuseront alors la proposition du conseil d'administration lors de l'assemblée générale. L'entreprise ne pouvant se recapitaliser se retrouverait alors avec un très grand risque de faillite.

La recapitalisation est donc une opération primordiale pour l'entreprise, et de son succès pourra déterminer la survie ou non de cette dernière.