Warrant, la spéculation accessible à tous

Avant le développement des certificats et avec la complexité des options, un marché tirait son épingle du jeu dans le domaine de la spéculation à destination des particuliers : les warrants. Désormais quelque peu délaissés, les warrants restent une bonne façon de s'entraîner à la spéculation boursière. Cet instrument financier, émis par des établissements bancaires, permet à tout à chacun de spéculer à la hausse, mais aussi à la baisse sur une action, ou même un indice.

Le warrant est un droit. Ce droit a un prix, le cours du warrant. En détenant ce droit, vous avez la possibilité, et non l'obligation, d'acheter (warrant call) ou de vendre (warrant put) un actif dit sous jacent ou support (une action par exemple) à un prix déterminé à l'avance (le strike) et ce pendant une durée prédéfinie. A l'issue de cette période, le warrant n'aura plus aucune valeur. Ainsi en achetant un warrant call Accor dont le strike est de 30 euros et l'échéance fixée à fin 2013, vous avez la possibilité d'acheter une action Accor à un prix de 30 euros et ce jusqu'au 31 décembre 2013. Rien ne vous oblige à le faire, surtout si le cours de l'action Accor est inférieure aux 30 euros.

Le warrant a plusieurs avantages. Au lieu d'acheter une action à 25 euros par exemple, vous n'achetez qu'un droit à un cours bien inférieur. L'investissement initial est donc plus faible. De plus, une évolution de 10% de l'action sous-jacente pourra se traduire par une envolée du cours du warrant de 100%. Cet effet de levier est directement dépendant du strike et de l'échéance. Plus un warrant a une durée de vie longue, moins il amplifiera les variations du sous-jacent. Le warrant peut aussi vous permettre d'investir sur un panier d'actions ou un indice. Ainsi, vous pourrez spéculer sur l'évolution des prix du CAC 40 en lieu et place de l'acquisition de toutes les valeurs le composant. Dernier point et non des moindres, les warrants sont émis par des établissements bancaires. Afin de faciliter la liquidité de ce marché, les émetteurs animent le marché en proposant constamment à l'achat et à la vente des warrants. La fourchette d'échanges proposée peut toutefois être très large.

Le warrant peut aussi être un atout si vous appréhendez la baisse de votre portefeuille actions. Vous conservez vos titres mais achetez dans le même temps des warrants puts. Ainsi en cas de baisse des marchés, le montant global de votre portefeuille chutera alors que la hausse des prix de vos warrants puts compensera vos pertes. Le warrant est ainsi un instrument de couverture.


Le warrant a toutefois perdu de sa superbe avec le développement de nouveaux produits financiers permettant à tout investisseur de se couvrir ou de spéculer sur les marchés avec un effet de levier mieux maîtrisé. De plus, le marché des warrants était peu liquide. Une évolution même très favorable du sous-jacent ne se traduisait pas systématiquement par une envolée des prix du warrant. Aujourd'hui, le marché des warrants existe toujours et reste actif mais les certificats offrent davantage de choix pour l'investisseur.

Faut-il pour autant oublier les warrants ? Bien sur que non. Ils peuvent être une bonne façon d'apprendre les principes de base de la spéculation et de la couverture. Quitte par la suite à s'orienter vers les certificats ou vers le monde des options.

Commencez la visite