Il vous est sans doute déjà arrivé d'observer que les premières lignes de cotation du défunt Règlement mensuel sont prises par la BNP, le Crédit Lyonnais, Renault, Saint Gobain et Thomson SA. De plus ces lignes qui ne sont pas classées par ordre alphabétique sont suivis d'un mystérieux "TP". Cette mention ne désigne rien d'autre que les "Titres Participatifs". Ils sont donc classés à part. Nous étudierons donc la raison des titres participatifs, et leur mode de fonctionnement, ainsi que leur devenir.



Téléchargez gratuitement
le guide des premiers pas


Origine


Les Titres Participatifs ont été créés en 1983. En 1981 et 1982, le nouveau gouvernement socialiste met en place sa campagne de nationalisation, et plusieurs fleurons de la cote disparaissent. Après quelques temps, le gouvernement s'apercoit que les besoins de financement des nouvelles entreprises publiques sont de loin supérieures à la capacité de L'Etat. L'Etat doit donc rechercher des capitaux afin de financer le développement industrielle de ces sociétés. L'endettement de ces mêmes groupes étant à l'époque un problème majeur, l'Etat se tourne rapidement vers les fonds propres. Le problème réside dans le contrôle. Il était hors de question que des partenaires extérieurs privés puissent avoir une quelconque influence sur la stratégie d'un groupe publique. L'Etat crée donc un nouvel instrument financier, le Titre Participatif.

Caractéristiques


Les Titres Participatifs permettent aux entreprises publiques, mais aussi aux sociétés anonymes coopératives ou bien encore les compagnies d'assurance. Les Titres Participatiofs sont donc des instruments financiers assimilés aux quasi fonds propres. Ils se caractérisent par une absence de droits de vote, et une rémunération compensatrice. Cette rémunération est basée à la fois sur une partie fixe et une partie variable. La partie variable pouvait être fonction de la croissance du chiffre d'affaires, de la production ou encore du résultat net. Le caractère de quasi fonds propres est puremment comptable. Dans la réalité, la liquidation éventuelle d'un groupe impliquait la perte de l'investissement pour les porteurs de titres participatifs. Ces derniers ne sont remboursés qu'après remboursement de l'ensemble des créanciers !


Téléchargez gratuitement
le guide des premiers pas

Avenir


Avec les privatisations, la chute des taux d'intérêts, la plus grande facilité à obtenir des capitaux sur les marchés financiers, mais aussi et surtout à cause des coûts financiers des TP, ces derniers disparaissent progressivement de la cote. 1997 a été ainsi une année faste en matière de rachat de TP par la société. Mais il reste encore certaines sociétés telles que Renault qui dispose de TP. Le marché des TP est peu liquide mais dispose d'un potentiel de rebond important en cas de rachat par la société.

Commentaires