Accueil   Guide Bourse Lexique Bourse Finance Brokers Forex Annuaire  Téléchargez gratuitement tous nos guides Bourse


Valeur ou ISIN  

Je souhaite recevoir
gratuitement
le guide Pdf
Premiers pas Métiers de la Bourse Options Binaires  
Lexique Bourse & Finance Dopez vos plus-values Courtage en ligne

Vous êtes ici : Accueil > Guide Bourse > Immobilisations : richesse d'une entrepr[...]
Mise à jour le 29/05/2007 - par Sébastien Dufil Imprimer Imprimer (ouvre une nouvelle fenêtre)
Envoyer à un ami Envoyer à un ami
Actif du bilan ou la répartition des besoins Passif du bilan ou les ressources de l'entreprise

Immobilisations : richesse d'une entreprise ?



Immobilisations : richesse d'une entreprise ?Les immobilisations prennent une part importante dans l'actif d'un bilan classique. Comme leur nom l'indique, les immobilisations (ou actif immobilisé) concernent tous les biens qui sont destinés à rester à long terme au sein de l'entreprise, au contraire des biens qui ont vocation à être détruits (stocks de matières premières), ou être revendus à terme (valeurs mobilières de placement). La rubrique Immobilisations est donc souvent mis en exergue par les sociétés foncières (à travers leur parc locatif), et par toutes les sociétés dites à rendement. Ces dernières se valorisent davantage sur leur actif que sur leur croissance future. Ainsi alors que les immobilisations sont un poste plus que conséquent pour les sociétés foncières (95,7% pour Silic en 2000), elles sont plus faibles dans le secteur de la grande distribution par exemple où les stocks sont essentiels à l'activité (actif immobilisé : 32,2% en 2000 pour la Samse). L'étude des immobilisations peut ainsi aider à déterminer le secteur d'activités de l'entreprise.


Téléchargez le guide des Premiers Pas Téléchargez gratuitement
le guide des premiers pas

    

Immobilisations ou charges ?


Lorsqu'une entreprise achète un bien, une question doit se poser à l'esprit du comptable. Le bien acheté doit-il être considéré comme une charge et ainsi réduire d'autant le résultat net de l'année en cours, ou comme une immobilisation et être ainsi amorti ? (le terme d'amortissement sera précisé plus avant)
Pour simplifier, une acquisition est considérée comme une immobilisation si elle est destinée à accroître l'actif de la société. Prenons le cas d'un immeuble. Ce dernier augmentera la valorisation des actifs de l'entreprise. Au contraire, l'achat de fournitures n'est destiné qu'à assurer l'activité normale de l'entreprise.
La rénovation du toit d'un immeuble doit-il être considérée comme une charge ou une immobilisation ? D'après la jurisprudence, si la rénovation n'augmente pas la valeur de l'immeuble, le montant de la rénovation doit être considéré comme une charge, quel qu'en soit le montant. Si au contraire, un terrain de tennis ou bien encore une piscine ont été ajouté sur le toit, l'immeuble verra logiquement sa valeur grimper. Il s'agit donc d'une immobilisation.
Ces nuances de langages peuvent sembler bien obscures pour le grand public, mais elles ont des conséquences importantes sur le Résultat Net. Il suffit qu'un achat soit incorporé dans les immobilisations au lieu d'être incorporé dans les charges pour voir le sacro-saint Résultat Net affiché un bénéfice au lieu d'un déficit.

    

Amortissement et Immobilisation


Les immobilisations ont vocation à rester durablement dans l'entreprise. Toutefois, vous conviendrez que leur achat a nécessité des fonds provenant soit de liquidités soit d'emprunts. Il est donc naturel que ce montant affecte le Résultat Net. Pour éviter de fortes variations du Résultat Net, la comptabilité a développé la notion d'amortissements. Chaque année pendant x années, une fraction du montant de la valeur initiale de l'immobilisation est ajoutée aux charges sous la forme d'amortissements, et réduit ainsi la valeur nette comptable du bien. Ces amortissements diminuent ainsi le Résultat Net, mais seulement d'une fraction.

Valeur Net Comptable = Valeur initiale – Somme des amortissements et provisions

Le nombre d'années où le bien peut être amorti est fluctuant suivant le type de bien. Un immeuble peut ainsi être amorti sur 10-15 ans, des écarts d'acquisitions sur 25 ans et des logiciels sur 1 an. Ces différences sont destinées à tenir compte de la vitesse d'obsolescence et du degré d'usure des immobilisations. Il serait en effet contraire à la logique que d'amortir pendant 10 ans un logiciel totalement dépassé au bout de 2.

Pour compliquer encore un peu plus le travail du comptable, mais aussi de l'analyste financier, il existe trois types d'amortissements :

Amortissements linéaires : chaque année, une fraction égale du montant du bien est déduite. Si un immeuble est amorti 10 ans et que sa valeur est de 2.500.000€, l'amortissement sera de 250.000€ pendant 10 ans.

Amortissements dégressifs : chaque année, le montant de l'amortissement diminue pour tenir compte notamment de l'effet d'usure. Ce type d'amortissement est notamment pratiqué dans le domaine automobile, où les voitures perdent une importante partie de leur valeur dès la première année.

Amortissements dérogatoires : amortissements liés à un avantage fiscal limité.

    

Comment se décompose les immobilisations ?


Au même titre que les autres masses du bilan (capitaux propres, dettes, créances), les immobilisations se décomposent en plusieurs autres postes. La comptabilité nationale a ainsi distingué clairement 3 notions :

Immobilisations Incorporelles
Il s'agit d'immobilisations qui n'ont pas d'existence corporelle, mais qui peuvent dépasser les dizaines de milliards d'euros. Les immobilisations corporelles comprennent ainsi les frais de recherche et de développement, le montant des acquisitions des brevets ou bien encore des licences. Ces immobilisations sont essentielles dans une société de service informatique, où les licences de certains logiciels peuvent rapidement afficher des montants astronomiques.
Ce poste regroupe aussi les écarts d'acquisition. Il s'agit de la différence entre le prix d'achat d'une autre entreprise et le prix "réellement" justifié. En achetant une entreprise à 25 milliards d'euros, dont la valeur comptable n'est que 12 milliards d'euros, la différence de 13 milliards peut pour une partie être réaffectée (réévaluation de licences, de machines, etc.) mais pour une partie non (position de quasi-monopole sur un marché, contrôle stratégique de la chaîne de production et d'approvisionnement, etc.). Cette partie non affectée est placée en immobilisations. En effet, si ce montant était placé en charge, le résultat net afficherait des déficits plus que conséquents lors de certaines opérations. De plus, l'acquisition d'une entreprise est une opération de long terme. Il est donc tout naturel que les écarts d'acquisition prennent leur place dans les immobilisations incorporelles.

Immobilisations Corporelles
Lorsque l'on parle immobilisations dans le langage courant, c'est souvent aux immobilisations corporelles que l'on fait allusion. Cette rubrique regroupe les immeubles proprement dits, les constructions, les terrains ou bien encore les immobilisations en cours. Ces dernières concernent les immobilisations qui sont en cours de construction.
A noter que les terrains ne peuvent être amortis. Il ne souffre pas de dégradation ou d'obsolescence dans le temps.

Immobilisations Financières
Si un day-trader achète une action, cette dernière restera moins d'une journée dans son portefeuille. Un créateur d'entreprise détiendra au contraire les actions de sa société sur une période beaucoup plus longue. La distinction est identique pour les entreprises. Certaines acquisitions de titres concernent l'utilisation saine des liquidités. Les dirigeants décident d'affecter une partie des liquidités sur des placements plus risqués mais plus rémunérateurs. L'acquisition de titres peut aussi se faire dans une optique stratégique. L'entreprise prend une participation dans une autre entreprise. Cette participation pourra être le symbole d'accords commerciaux, la volonté de rentrer au sein du conseil d'administration ou autres. Ainsi si les titres ont vocation à rester longtemps au sein du groupe, l'entreprise les immobilisera sous la forme d'immobilisations financières.
Les immobilisations financières sont essentielles pour les sociétés dites holdings dont l'activité consiste à gérer un portefeuille de participations. Bolloré et Marine Wendel font partis de la famille des holdings français.

Les immobilisations sont une part très importante de certaines sociétés. C'est pour cela que bons nombres de techniques d'évaluations financières étudient avec soin les immobilisations pour déterminer au plus juste le prix de l'entreprise.


Téléchargez le guide Dopez vos plus-values Téléchargez gratuitement
le guide Dopez vos plus-values

En savoir plus sur
Capitaux propres : la richesse des entreprises ?
Résultat Net : poste comptable ou communication financière ?

Actif du bilan ou la répartition des besoinsPassif du bilan ou les ressources de l'entreprise

Lexique Actif non stratégique Actif non stratégique

Se dit d'un actif détenu par une entreprise qui ne représente pas le coeur de métier de la société. Ainsi si une société est spécialisée dans la construction automobile, un actif non stratégique pourrait être une participation dans un casino. Les act [...]
- A l'achèvement A l'achèvement

Méthode de comptabilisation, où un projet n'est pris en compte dans les livres de compte qu'au moment de son achèvement et non tout au long de sa durée. Dans le cadre de la construction d'un lotissement par exemple, le chiffre d'affaires n’apparaîtra qu [...]
- Titre adossé Titre adossé

Se dit d'un titre qui a été émis avec comme garantie un actif. Ce système permet de rendre liquides des actifs, par le passé, peu liquides (crédits immobiliers par exemple). Ainsi en transformant un actif en titre financier, l'institution financière peu [...]
- Coût historique Coût historique

La comptabilité a en elle plusieurs principes généraux. Le principe du coût historique en est l'un d'eux. Le coût historique d'un bien correspond à sa valeur au moment de son enregistrement comptable. Ainsi pour un bien acheté, son coût historique corre [...]
- Coût de la dette Coût de la dette

Ensemble des frais inhérents à une dette que ce soit lors de l'emprunt ou lors du remboursement. Le coût de la dette comprend ainsi les frais de dossier, l'assurance ou encore les intérêts. Ce coût de la dette financier peut aussi s'alourdir si on tient [...]
- Commodat Commodat

Contrat où le détenteur d'un bien le met gracieusement à la disposition d'une autre personne. Charge à ce dernier de le rendre en l'état. On parle aussi de prêt à usage. Le terme commodat n'est d'ailleurs plus utilisé. L'emprunteur a la seule obligation [...]
- ROCE ROCE

Acronyme désignant le Return On Capital Employed ou Retour sur Capitaux Employés. Ce ratio est utilisé pour connaître la rentabilité d'un investissement en fonction des sommes investies dans le projet, qu'ils s'agissent de capitaux propres ou de dettes. [...]
- Amortissement Amortissement

Lorsqu'une entreprise investit dans un nouveau matériel, au lieu de comptabiliser la totalité de l'investissement en charges en une fois, la société a obligation de calculer une dotation annuelle aux amortissements basée sur la durée de vie prévisible d [...]
- Autres immobilisations incorporelles Autres immobilisations incorporelles

Une immobilisation incorporelle correspond à un actif non financier détenu par l'entreprise. Le plus connu est le fond de commerce mais il en existe toute une multitude classée sous le vocable autres immobilisations incorporelles. Dans cette catégorie f [...]
- Droit de préemption Droit de préemption

Droit qui permet à un individu, une entreprise ou une collectivité d'être prioritaire en cas de vente d'un bien. Ainsi il n'est pas rare qu'une mairie utilise son droit de préemption pour acheter un terrain vendu par un particulier. Ce dernier ne pourra [...]
-

Laissez un commentaire

Aucune inscription obligatoire pour commenter
Si vous avez déjà un compte sur Edubourse, n'hésitez pas à vous identifier


Prénom / Pseudo (requis)
Email (requis mais non affiché)
Titre (requis)

La Bourse enfin facile d'accès avec Edubourse.com

   S'identifier
Identifiant : Mot de passe :

Mot de passe perdu | S'inscrire

   Partenaires







Brokers on line


Recevez à votre domicile les documentations des meilleurs brokers, et passez vos ordres de Bourse via :

 Binck  Fortuneo

*
Né(e) le  *
Adresse postale : *


CP : Ville : * France
Tél : * E-Mail : *


* : champs obligatoires


   Analyse fondamentale

Analyse Technique versus Analyse Fondamentale
Actionnariat et stratégie : un couple uni ?
Les marchés financiers sont-ils compatibles avec ...
Analyses financières : fidèles ou orientées ?
Analyse stratégique, une étude de fond de l'entr ...
Opérations financières, de l'augmentation de cap ...
Offre Publique d'achat et Offre Publique d'Echan ...
Comment sont fixés les cours des OPA ?
Spin off ou comment mieux se valoriser
Privatisations et particuliers
Actif du bilan ou la répartition des besoins
Immobilisations : richesse d'une entreprise ?
Passif du bilan ou les ressources de l'entreprise
Capitaux propres : la richesse des entreprises ?
Résultat Net : poste comptable ou communication ...
Le rapport de gestion : efficace ou miroir aux a ...
Comment reconnaître une foncière ?
La consolidation : essentielle aux grands groupes
Soldes Intermédiaires de Gestion, ou une premièr ...
Comment reconnaître une société de la grande dis ...
Price Earning Ratio (PER), méthode idéale ?
Comment une société peut-elle afficher des perte ...
Augmentation de capital, une source essentielle ...
Rachat d'actions : offre et programme



Plan du site Plan du site Edubourse.com Haut de la page


Contacts - Publicité - Médias - Webmasters - Qui sommes-nous ? - Avertissement légal
Journal des Activités - FinStreet.com © Copyright - Tous droits réservés
Site géré par Sébastien Dufil