Forex


Arbitrage, la quête de l'efficience des marchés

L'arbitrage est certes une technique ancienne, mais la globalisation des marchés et l'avènement de l'informatique l'ont mis sur le devant de la scène. Aujourd'hui, l'arbitrage est une source de revenus non négligeable pour les banques qui savent le manier avec précaution. Les sommes en jeu étant extrêmement conséquentes, l'arbitrage a pu toutefois masquer des dérives plus inquiétantes, comme l'Affaire Nick Leeson qui était à l'origine chargé des opérations d'arbitrages.



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

L'arbitrage est une technique simple visant à profiter des imperfections du marché à un instant t. Il vous est sans doute arrivé de constater des différences de prix entre des produits similaires dans vos magasins préférés. Parfois même vous avez imaginé acheter un produit dans un magasin X pour le revendre à l'entrée du magasin Y. Ce rêve devient réalité avec l'arbitrage. L'opération d'arbitrage consiste à acquérir un bien à un endroit à un prix et de le revendre en même temps à un prix supérieur à un autre endroit. Le terme arbitrage est aussi utilisé quand un investisseur vend une action dont il pense que la performance sera inférieure à une autre qu'il souhaite acquérir. Cette pratique est risquée. L'arbitrage au sens strict est une opération théoriquement sans aucun risque. Les deux opérations s'annulant car réalisées en même temps.

Trois principaux types d'arbitrages "sans risque" coexistent. L'investisseur peut arbitrer sur des marchés différents, ou en multipliant les opérations d'achat/vente.

l'arbitrage géographique

L'arbitrage géographique est sans doute le plus médiatique et le plus pratiqué. Il consiste à utiliser les différences de cotations entre deux actifs identiques sur deux marchés différents. L'offre et la demande pouvant fluctuer d'un marché à l'autre à chaque seconde, il est possible que chaque marché ne s'ajuste pas automatiquement au prix d'un autre.

Prenons le cas du marché des devises. A un instant t, deux banques peuvent proposer des conditions différentes sur le marché. L'arbitragiste profitera de cette imperfection pour générer un profit.

Etudions le tableau des Euro / USD ci-contre. Il existe un cours acheteur -cours auquel la banque achète vos devises- et un cours vendeur -cours auquel la banque vend ses devises-. Les deux banques proposent donc une fourchette de 25 points.

L'arbitragiste peut alors réaliser une opération rentable. Si ce dernier détient 1 million de $, il peut les vendre auprès de la banque A pour acheter des euros. Il détiendra donc :

1.000.000 / 1,3314 = 751.089 euros

Son gain est alors nul. Il s'est contenté de changer de devises son pactole. Mais il ne lui reste plus qu'à céder ses euros à la Banque B qui lui achètera au cours de 1,3325, soit 751.089 x 1,3325 = 1.000.826 $

Le gain est certes minime, 826 $, mais il est rapide et sans risque pour l'arbitragiste. Ce type d'opérations doit être répété de nombreuses fois pour dégager de gros revenus. L'utilisation de pricers et d'outils informatiques complexes facilement grandement la tâche de l'arbitragiste. En effet, un humain ne peut suivre en temps réel, les écarts de cotations sur la planète entière à chaque instant.

l'arbitrage triangulaire

L'arbitrage triangulaire est bien plus complexe et nécessite plus de calculs. L'arbitrage ne se réalise plus au niveau d'une zone géographique mais au sein de la même zone sur 3 devises différentes. Cette technique implique plusieurs opérations d'achats / ventes mais peut aussi être générée sans risque si l'arbitragiste arrive à passer tous ses ordres au même instant. En effet, un décalage dans la passation des ordres expose automatiquement l'arbitragiste à un risque de marché.

l'arbitrage d'opportunité


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Cet arbitrage peut être pratiqué par l'investisseur lambda. Ce type d'arbitrages se produit lors d'opérations financières plus ou moins complexes. Lors d'une augmentation de capital par exemple, les investisseurs peuvent acquérir de nouvelles actions à un prix bas moyennant l'acquisition de droits de souscription. Or il est possible que le coût total des droits de souscription et du prix de l'action nouvelle, soit inférieur au cours actuel de l'action. L'investisseur peut alors vendre l'action ancienne à découvert et participer à l'augmentation de capital en achetant des droits de souscription et de nouvelles actions. L'opération est certes sans risque mais il conviendra d'étudier avec soin les coûts (service de règlement différé, frais de courtage, etc.).

L'arbitrage corrige donc les imperfections des marchés et fait tendre ces derniers faire une efficience parfaite. L'arbitragiste en effet amène les cotations à se rapprocher en multipliant les achats/ventes. Plus une différence de cotations est travaillée par les cambistes, plus elle diminuera jusqu'à disparaître. Le marché des changes est le lieu idéal de l'arbitrage.



Commentaires