Bien qu'avec certaines difficultés, le plan Paulson a été adopté par le Congrès américain. Il tourne ainsi la page de l'origine de la crise actuelle, le scandale des subprime.


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Nous avons souligné depuis plus d'un an que l'éclatement de cette crise d'abord immobilière, puis financière et économique était prévisible étant donné l'installation d'une opposition Saturne-Neptune. La précédente avait eu lieu au début des années soixante-dix et avait entraîné le phénomène de la "stagflation" sur cette décennie.

La crise actuelle est beaucoup plus sérieuse que celles des années 1970 et, à certains égards, rappelle celle de 1929. Au début des années trente, la moitié des banques américaines avaient fait faillite... La différence avec aujourd'hui, c'est qu'il n'y avait pas eu de plan Paulson et au contraire durcissement du crédit par la Fed et augmentation des impôts qui avaient un peu plus ruiné les classes moyennes. Au plan astrologique, on ne constate pas non plus la même gravité au plan des cycles planétaires. En effet, de 1929 à 1932, les principaux cycles planétaires étaient négatifs : Neptune-Pluton, Uranus-Pluton, Uranus-Neptune, Saturne-Pluton, Saturne-Neptune, Saturne-Uranus... Une situation planétaire aussi désastreuse ne s'était jamais produite depuis au moins 200 ans et elle ne se reproduit pas non plus actuellement ou sur les années à venir. Si l'astrologie moderne a un sens, nous devrions donc éviter le pire...

Il n'en demeure pas moins que la crise actuelle devrait connaître des prolongements redoutables. Non seulement parce que l'on voit bien que l'assèchement du crédit va avoir un effet récessionniste évident à moyen ou long terme, mais aussi parce que, au plan planétaire, une opposition Saturne-Uranus va succéder à l'opposition Saturne-Neptune.

Si l'on prend un peu de recul, nous avons eu une opposition Saturne-Neptune de 2006 à l'été dernier et, à partir du 4 novembre prochain, nous aurons une opposition Saturne-Uranus jusqu'à la fin 2010. Autant dire que l'économie mondiale n'est pas prête de se rétablir rapidement et que le problème du crédit et des taux d'intérêts risque fort de devenir un problème majeur car Saturne et Uranus ont une importance assez directe sur ce paramètre.

On va donc passer d'une opposition saturnienne à une autre sans transition, ce qui ne permet pas de lire dans le marc de café mais indique au minimum que l'économie occidentale et probablement mondiale a encore de très mauvais jours devant elle. Pour mémoire, rappelons aussi que le krach Internet de 2000 à 2003 avait été provoqué par une autre opposition saturnienne, avec Pluton en l'occurrence...

Pour conclure sur ce panorama très global et général, apportons tout de même un petit élément positif qui va apparaître au printemps 2009 sous la forme d'un demi-sextil (angle positif de 30°) Uranus-Neptune qui étendre son influence jusqu'en 2012. A notre avis, il devrait limiter l'impact négatif et récessionniste des oppositions Saturne-Neptune et Saturne-Uranus. Toutefois, on peut supposer qu'il ne calmera les choses qu'en "toile de fond" sans éviter de nouvelles périodes de crise, tant que les oppositions Saturne-Uranus ne seront pas dépassées, soit à la fin de 2010. En 2011 et 2012, oui, sans doute pourra-t-on penser que la page est tournée. Mais d'ici la fin 2010, même si certaines périodes seront meilleures et d'autres probablement exécrables comme en ce moment, on peut se dire que l'économie mondiale et les marchés continueront de subir bien des difficultés.

Notre graphique ci-dessous présente la configuration la plus marquante de la semaine à venir le lundi 6, sous la forme d'un carré (angle négatif de 90°) Soleil-Jupiter. Ce n'est évidemment pas positif, même s'il s'agit d'un paramètre de court terme.

Vendredi 3 octobre 2008

bourso05102008.jpg



La crise vue par l'astrologie

La Bourse serait-elle aussi gouvernée par les astres ?

Bourse : Ce qu'anticipent les astres jusqu'en 2010