Né à Valenciennes, le 30 avril 1961, Bruno Deletré est tout à la fois homme des cabinets ministériels et un homme de finance. Passionné par la musique, il a suivi de longues études au conservatoire de Valenciennes (de 1965 à 1977) comme violoniste. Chef d'orchestre, il assure aussi la direction musicale de la Chapelle du Hainaut, qu'il a lui même fondée en 1989. Mais c'est bien loin du domaine pour lequel il est connu du grand public : ses compétences bancaires et financières.



Après Polytechnique (Promotion 1981), Bruno Deletré se tourne vers l'ENA ou Ecole Normale d'Administration, et en ressort même major en 1987. Sa promotion Fernand Braudel compte des noms illustres comme Frédéric Oudéa et Stéphane Richard. Tout naturellement, il rejoint l'Inspection Générale des Finances et progresse au sein de la Direction du Trésor. Chef du bureau Afrique - Zone Franc, il devient conseiller technique en 1995 puis sous directeur à la direction du Trésor en 1997.

Mais en mai 2001, Bruno Deletré quitte le secteur public pour rejoindre Dexia - Crédit Local au sein du directoire. En 2007, il devient membre du comité de direction, mais quitte le groupe en juin 2008. Son départ ne se fait pas sans remous car à l'époque l'entreprise subit de plein fouet la crise financière. Le montant de ces indemnités de départ, 750.000 €, est ainsi très critiqué par la Cour des Comptes.

En juillet 2008, Bruno Deletré réintègre l'Inspection Générale des Finances. Il y écrira un rapport sur la supervision des activités financières en France, à la demande de la ministre de l'époque, Christine Lagarde. Son rapport, le Rapport Deletré, aboutira à la création de l'Autorité de Contrôle Prudentiel.

La fusion de la Caisse d'Epargne et des Banques Populaires en 2009 lui ouvre une nouvelle opportunité. Il devient Directeur Général International et Outre Mer de la BPCE en 2009, puis directeur général du Crédit Foncier de France en juillet 2011. Il y développe notamment les synergies entre le Crédit Foncier et les autres sociétés du groupe.

Bruno Deletré est un fervent défenseur de l'Euro et souhaite plus d'intégration au niveau de la Zone Euro pour protéger davantage la monnaie européenne. Il est aussi membre de l'Institut Montaigne, un think tank français spécialisé dans la compétitivité et la cohésion sociale.